Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Sécurité : des barrières pour bloquer la circulation devant les écoles de La Riche

jeudi 9 novembre 2017 à 18:22 Par Fanny Bouvard, France Bleu Touraine

Chaque matin et chaque soir, au moment de l'arrivée et de la sortie des enfants, les rues des quatre écoles de La Riche sont fermées à la circulation par des barrières métalliques. Ça fait plus d'un an que la commune a mis ce dispositif en place.

L'une des barrières installées dans les rues de quatre écoles de La Riche.
L'une des barrières installées dans les rues de quatre écoles de La Riche. © Radio France - Ville de La Riche

La Riche, France

Comment bien sécuriser les abords des écoles ? Beaucoup de communes se posent la question et veulent faire plus que les simples barrières le long de trottoirs. A La Riche, face au plan Vigipirate et aux exigences de sécurité routière, la mairie a mis en place son propre dispositif à la rentrée 2016. Des barrières amovibles bloquent maintenant totalement la circulation dans les rues des quatre écoles de la commune deux fois par jour. Un gardien s'en occupe entre 8h15 et 8h45 puis entre 16h15 et 16h45. Pendant ces demi-heures, aucune voiture ne passe.

Une question de sécurité

Pour le maire de La Riche, Wilfried Schwartz, ce dispositif répond à deux inquiétudes. "D'abord, le plan Vigipirate est toujours d'actualité. Avec les barrières, l'accès direct aux écoles est fermé au moment où il y a le plus de personnes sur le trottoir, raconte-t-il. Et puis pour la sécurité routière c'est aussi important pour nos 700 élèves." Après un an d'utilisation, le dispositif a même été étendu autour de l'école maternelle Marie Pellin. Sa rue est fermée toute la journée. "C'est un secteur plus excentré où ça ne posait aucun problème de circulation", souligne l'élu. Au total, l'installation a coûté un peu moins de 10.000 euros à la mairie. "Il faut aussi compter le passage du gardien, quatre fois par jour!"

Des parents globalement rassurés

Dans la rue Paul Bert, il y a deux écoles. Une maternelle et une primaire se font face. Pour Emilie, une jeune maman, l'installation de ces deux barrières métalliques est donc une très bonne idée. "Franchement, c'est rassurant ! sourit-elle. Plus de voitures, c'est beaucoup moins de stress quand tous les enfants sortent en même temps". D'autant que Lorraine, maman d'un petit Arthur, se souvient qu'il y a deux ans la sortie de l'école pouvait être compliquée. "Les gens se garaient n'importe comment, ils restaient devant l'école, les clefs sur le compteur. Ils ont bien dû changer leurs habitudes!" . Tellement habitués, que certains parents voudraient voir les rues de toutes les écoles fermées en continu par ces barrières.