Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Semaine des médias : France Bleu Roussillon donne la parole aux lycéens

-
Par , France Bleu Roussillon

"S’informer pour comprendre le monde" : c'est le thème de la de la 32e Semaine de la presse et des médias dans l'école, un événement qui vise à développer l'intérêt pour l'actualité et le sens critique des élèves, de la maternelle au lycée. L'occasion pour des lycéens de s'exprimer à notre micro.

Des élèves du lycée Picasso lors d'une session de la semaine des médias
Des élèves du lycée Picasso lors d'une session de la semaine des médias © Radio France - Chloé Certain

France Bleu Roussillon donne la parole aux lycéens cette semaine à l'occasion de la 32e Semaine de la presse et des médias dans l'école. Une manifestation organisée chaque année par le centre pour l'éducation aux médias et à l'information (CLEMI) qui a pour objectif d'aider tous les élèves à mieux comprendre le système et le fonctionnement des médias, à développer leur goût pour l'actualité, mais aussi leur sens critique vis à vis de l'information diffusée dans la presse, les réseaux sociaux, la télévision et bien sûr... la radio !

Le thème de l'édition 2021 est "S’informer pour comprendre le monde". Pour en parler, nous sommes allés à la rencontre d'élèves d'une classe de terminale spécialité SES du lycée Pablo-Picasso de Perpignan. Des échanges diffusés tout au long de la semaine sur France Bleu Roussillon selon cinq thèmes principaux qui ont émergé du débat.

Un rapport contrasté à l'actualité

Contrairement à bien des clichés, les lycéens s'intéressent à l'actualité, mais ont souvent tendance à confondre supports et contenus : "Je regarde l'actu sur Brut ou Twitter", "je suis les news sur insta et sur les réseaux sociaux" confient-ils spontanément avant même d'évoquer leurs centres d'intérêts.

Héloïse, elle, lit beaucoup de sujets sur l'écologie, ce qui lui a permis de faire découvrir à ses parents les coulisses de l'industrie du vêtement : "On devrait plus parler de la "fast-fashion" et de ces marques qui produisent de très grande quantité de vêtements en exploitant la main d'œuvre de pays en développement. Non seulement les conditions de travail sont très dures, mais c'est nuisible pour l'environnement !" 

L'écologie mais aussi la culture, les sports, l'économie, l'actualité internationale et même la politique sont autant de sujets qui intéressent ces ados tous très connectés à l'actualité via leurs incontournables smartphones.  

La semaine des médias: paroles de lycéens épisode 1 le rapport à l'Info

Omniprésence des réseaux sociaux

Sans surprise, internet et les réseaux sociaux écrasent la concurrence dans les choix des supports d'informations chez ces adolescents : "Pourquoi écouter la radio alors que j'ai tout à portée de main sur les réseaux sociaux ? Là, pas besoin d'attendre : je peux aller chercher directement l'information qui m'intéresse", explique Théo, qui résume bien le raisonnement d'une majorité de ses camarades. 

Même si certains, comme Romain, sont encore attachés à l'écrit: "Sur les réseaux sociaux l'information circule très vite, avec des titres très accrocheurs qui ne reflètent parfois pas vraiment la réalité. On a accès à énormément d'informations à la fois, une nouvelle info chasse l'autre, mais finalement on en lit très peu, et à la fin on en retient encore moins. Parfois je me demande si ce n'était pas mieux du temps des journaux classiques où on avait peut-être moins d'informations mais plus de temps pour la comprendre." 

La semaine des médias : paroles de lycéens épisode 2 les canaux d'information

Le problème de la représentativité 

"Je trouve qu'on ne parle pas assez souvent de nos problèmes dans les médias, soupire Elisa Quand le gouvernement a pris un décret pour décider que le bac pouvait être annulé jusqu'à deux semaines avant les épreuves , on en a presque pas parlé ! Moi je l'ai appris en allant en classe je n'étais même pas au courant." "C'est vrai que l'on se préoccupe beaucoup de la situation des étudiants en ce moment, mais nous les lycéens, on se préoccupe peu de nous " renchérit Elena. 

"Pour moi, les journalistes ne représentent pas vraiment la diversité de la population française, regrette de son côté Kadda. Je ne vois pas beaucoup de journalistes crédibles issus de minorités dans les grands médias. Peut-être qu'il n'y en a pas assez, ou alors on ne les met pas beaucoup en avant." Une analyse partagée par Héloïse au sujet de la représentation féminine: "Je regrette qu'on ne voit pas assez de femmes aux postes les plus médiatisés. Il faut espérer que cela change à l'avenir !"

La semaine des médias paroles de lycéens épisode 3 Représentativité

Des critiques pertinentes sur le journalisme

Il n'y a pas d'hostilité ni de défiance envers les journalistes dans le discours de ces élèves du lycée Picasso, mais beaucoup de remarques constructives sur l'exercice de la profession, à commencer par l'inégalité de traitement en fonction de la personne interviewée, que pointe Marouane : "Quand c'est un chômeur qui est interrogé, souvent le journaliste va bien le prendre de haut ou lui parler comme à un enfant. Tandis que quand c'est un homme politique, là le journaliste va y mettre toutes les formes et même poser sa question de manière à mettre en valeur son interlocuteur !"

Sofiane, lui, regrette le peu de place donnée à l'actualité internationale dans les journaux télévisés : "Ils n'en parlent quasiment pas ! Moi je lis le Courrier international car la presse française est bien trop ethnocentrée. On va juste parler un peu des USA ou passer rapidement sur la dernière crise quelque part, mais on a aucun suivi sur les principales évolutions dans les autres pays, alors qu'on vit dans un monde de plus en plus interconnecté où tout événement peut avoir des conséquences en France. C'est la même chose  pour les enquêtes : à part des magazines comme "Cash investigation", les sujets ne sont pas fouillés en profondeur." 

La semaine ds médias: paroles de lycéens épisode 4 la critique du journalisme

La question des "fake news" 

Sujet incontournable aujourd'hui le thème de la manipulation et de la désinformation n'est pourtant pas bien nouveau pour Fabio : "Je pense que cela a toujours existé. Simplement avec internet, il est à présent bien plus facile de créer et de diffuser une fausse information, d'autant qu'il y a un consensus pour en imputer la faute au média qui la répercute, ce qui déresponsabilise celui qui la reçoit sans la vérifier. Pour moi, si on partage une info sans la lire ou chercher à la recouper, c'est qu'on adhère à cette fake news que l'on contribue d'ailleurs à renforcer en la partageant !"

Pour Sofiane, l'évolution des modes de consommation de l'information est également en cause : "On prend des shoots d'infos en surfant sur Twitter sans prendre le temps de tout lire ou de vérifier parce que ça va trop vite. L'arrivée des chaînes d'info en continu à également généré une course à l'actu dans les médias avec plus de risques d'erreurs."

Une désinformation qui risque de devenir de plus en plus difficile à démasquer à l'avenir, prévient d'ailleurs le lycéen : "On commence à voir arriver des deepfakes, ces vidéos où l'on met le visage d'une personne sur une autre et qui sont de plus en plus abouties techniquement.  Il y en a déjà avec Barack Obama ou avec Tom Cruise et c'est vraiment bluffant.... À l'avenir cela risque de devenir vraiment difficile de deviner qui est qui et de distinguer le vrai du faux !" 

La semaine des médias: parole de lycéens épisode 5 les "Fake News"

Merci aux lycéens qui ont tous contribué à faire vivre les différents débats sur le journalisme
Merci aux lycéens qui ont tous contribué à faire vivre les différents débats sur le journalisme © Radio France - Chloé Certain
Choix de la station

À venir dansDanssecondess