Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Semaine sans cantine et garderie périscolaire à Bourgoin-Jallieu : c'est système D pour les parents

mardi 15 mai 2018 à 10:25 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère

Comme c'est le cas depuis hier, ce mardi et pour toute la semaine au moins, pas de cantine et pas de garderie périscolaires pour les élèves des écoles publiques de Bourgoin-Jallieu. Décision de la mairie en raison d'un préavis de grève déposé par la CGT.

Les écoliers et leurs parents vont devoir s'adapter au moins jusqu'à vendredi. (photo d'illustration)
Les écoliers et leurs parents vont devoir s'adapter au moins jusqu'à vendredi. (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Bourgoin-Jallieu, France

Depuis ce lundi et pour toute la semaine encore, les écoliers berjalliens sont privés de cantines et de garderie. En fait la mairie a décidé de fermer la quasi-totalité des sites suite à un préavis de grève déposé par la CGT. Dans un communiqué, le syndicat lui se défend de mettre en difficulté les parents. Le syndicat l'affirme : il s'agit "d'une initiative" de la mairie.  

La municipalité répond que les agents n'ont pas l'obligation de se déclarer gréviste à l'avance. Et que si elle n'a pas la garantie d'avoir un minimum d'agents qui acceptent de dire qu'ils seront non grévistes pour assurer le service, elle n'a pas d'autre choix que de fermer tout simplement les sites. "Si on ne ferme pas, on peut avoir des parents qui pensent qu'il y aura garderie et en arrivant sur place, non. On ne peut pas prendre ce risque. C'est une question de sécurité ", se justifie Hélène Accetola, qui dit être "responsable, contrairement à la CGT."  L'élue aux affaires scolaires a pensé mobiliser des bénévoles, mais le service juridique lui a dit que c'était impossible. Sans quoi la mairie serait accusée de "casser" la grève.  

Les parents se débrouillent mais ça pourrait durer

Chaque jour, 1.000 repas sont servis dans les cantines berjalliennes. Depuis hier, rien. Dans 3 des 13 écoles, là où il y a assez d'agents qui se sont dit non grévistes, ces derniers surveillent les enfants le temps du pique-nique fourni par les familles. A l'école Edouard-Herriot, les parents se relaient sur place.  Autrement, c'est système D. Avec des parents qui prennent des heures pour faire manger et garder leurs enfants et ceux des autres, des nounous qui acceptent de dépanner ou encore des grands-parents appelés à la rescousse. Certains parents, hier, ont décidé de faire rater la classe.   Des parents globalement mécontents entre absence de service mais aussi manque d'informations pour d'autres. D'autant que pour cause de formation, le pôle Education était fermé hier. Le préavis déposé par la CGT court jusqu'au 18 juin, le scénario risque donc de se répéter. Pour la semaine prochaine, la mairie devrait en dire plus jeudi.

Concernant les raisons de la grève, la CGT parle d'un climat "de maltraitance". Cela va de l'absence de projet service par service qui empêcherait toutes perspectives professionnelles aux mauvaises conditions de travail ou encore à des décisions prises sans concertation. Il est aussi évoqué l'insalubrité des vestiaires des services techniques. Par le passé, la CGT s'était déjà longuement opposée au maire LR Vincent Chriqui sur les salaires notamment. Il était aussi question d'absence de ligne directrice pour les services. A noter que l'autre syndicat représenté à la mairie de Bourgoin-Jallieu, la CFDT, ne suit pas le mouvement. Le 30 mai, la CGT organise un pique-nique sur le parvis de l'Hôtel de Ville, à midi pour "décrier la non prise en compte de la pathogénicité d'une organisation du travail défaillante ou inexistante et de la nécessaire prévention de la santé."