Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Série noire au lycée de Revin : un suicide, une tentative de suicide, un décès, une démission

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

En moins de trois semaines, le lycée Jean-Moulin de Revin a vu ses effectifs enseignants touchés par un suicide, une tentative, une crise cardiaque mortelle et une démission. Une cellule d'aide psychologique est en place et le rectorat choisit d'évoquer la situation en réunion d'instance académique.

Une cellule d'aide psychologique est en place au lycée de Revin
Une cellule d'aide psychologique est en place au lycée de Revin © Radio France - Alexandre Blanc

Revin, France

Le lycée polyvalent Jean-Moulin de Revin est touché par une véritable série noire que le rectorat d'académie de Reims prend très au sérieux. Pendant les vacances de Noël, le 27 décembre, un professeur d'arts appliqués s’est donné la mort. Un autre enseignant, chef de travaux, n’a pas repris le travail après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Un professeur d'allemand a succombé à une crise cardiaque le 5 janvier dernier, à la veille de la rentrée. Enfin, un enseignement professionnel a envoyé une lettre de démission au rectorat. C'est son dernier jour de travail ce mardi 13 janvier 2020. 

Le rectorat se penche sur la situation

La rectrice d’académie, Hélène Insel, s'est rendue au lycée Jean-Moulin dès le 6 janvier, jour de la rentrée. Une cellule d'aide psychologique reçoit, depuis, enseignants et élèves. Et c'est aussi la rectrice d'académie qui a inscrit le sujet à l’ordre du jour du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail académique (CHSCTA) qui doit se réunir ce mardi 13 janvier 2020.  

Il s'agit de continuer à écouter et à accompagner, mais aussi d'instaurer un dialogue  - Jean-Roger Ribaud, directeur académique des services de l'Education nationale des Ardennes  

Le directeur d'académie envisage de rendre un hommage aux deux professeurs décédés.

Y a-t-il une part de responsabilité de l'Éducation nationale ?

S'il semble admis que l'arrêt cardiaque est lié strictement à des problèmes de santé, les autres situations suscitent des interrogations. Des considérations personnelles ont en premier lieu motivé le geste du professeur d'arts appliqués qui s’est donné la mort, mais sa situation professionnelle précaire a pu ajouter à son mal-être, estiment plusieurs de ses collègues.

Les contractuels sont sous payés, ils ne savent pas s'ils seront repris l'année suivante et sont constamment sous la surveillance de leur supérieur hiérarchique - Laurent Bouvier, vice-président du SNALC, deuxième syndicat enseignant dans le second degré.

La précarité des contractuels en question 

Âgé de 53 ans, le professeur, contractuel, craignait que la réforme du lycée ne lui fasse perdre des heures d’enseignement, et donc de l’argent. Depuis la rentrée de septembre, déjà, il n’enseignait plus seulement au lycée de Revin mais aussi au lycée Bazin de Charleville-Mézières, avec des déplacements supplémentaires. 

Le quinquagénaire se plaignait d'un manque de reconnaissance. De ses propres mots, il estimait qu’on le traitait comme un "sous-prof", un "prof de merde".  

S’ajoute à cela une inspection juste avant les vacances de Noël, qu’il aurait mal vécue malgré les propos rassurants de la directrice d'établissement. Les services départementaux de l'Education nationale indiquent n'avoir jamais été sollicités par cet enseignant pour signaler une situation de souffrance.   

Le lycée polyvalent Jean-Moulin de Revin - Radio France
Le lycée polyvalent Jean-Moulin de Revin © Radio France - Alexandre Blanc

Problèmes personnels et hiérarchiques

Pour le chef de travaux qui a tenté de mettre fin à ses jours, encore hospitalisé à ce jour, le mal-être s'est installé dans la durée et mêle personnel et professionnel. "Il peut arriver que lorsque l'on ne va pas bien dans sa vie personnelle, ça va avoir un impact sur sa vie professionnelle", affirme Jean-Roger Ribaud, le directeur académique des Ardennes.

Plusieurs enseignants de l'établissement pointent un système qui broie les plus précaires

Enfin, un autre contractuel a décidé de quitter le lycée. Il vise sa hiérarchie au sein de l'établissement. En novembre dernier, il a envoyé sa lettre de démission au rectorat. Enseignant depuis cinq ans, il devait être titularisé d’ici la fin de l’année mais explique ne pas avoir accepté les reproches sur son attitude vis-à-vis des élèves, ses propos et sa tenue vestimentaire. Lorsque la rentrée de septembre a sonné, il disait éprouver du stress. Sa démission est effective à compter de ce mardi 14 janvier.  

. - Radio France
. © Radio France - Eric Turpin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu