Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Service National Universel : les avis dans le quartier Croix Rouge de Reims

jeudi 28 juin 2018 à 10:38 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Le gouvernement a présenté mercredi le futur SNU (Service National Universel) qui sera effectif dès l'été 2019. Il concerne les jeunes d'au moins 16 ans et durera 1 mois pour sa phase obligatoire. L'objectif du gouvernement est de toucher 750.000 jeunes chaque année.

groupe d'adolescents
groupe d'adolescents © Maxppp - Frédéric Cirou/AltoPress/Maxppp

Reims, France

Sur ce point, le rapport n'est pas très clair. Les modalités d'hébergement pendant la période obligatoire d'un mois n'ont pas encore été déterminées. Cette question est la "difficulté la plus importante à surmonter", souligne le rapport du groupe de travail remis au gouvernement. Il suggère d'utiliser les internats de l'Education nationale, mais aussi les centres de logement étudiant, centres de loisirs avec hébergement par exemple.  L'autre question concerne l'encadrement des jeunes qui feront leur SNU.  Le rapport suggère de le confier à des engagés volontaires , à des jeunes en service civique ou encore aux élèves des écoles de fonctionnaires.  

Michel Déhu, le président de la Ligue de l'Enseignement de la marne

A Reims, dans le quartier Croix rouge, Jordan, 19 ans estime que ce SNU "c'est une bonne idée, ça permettrait déjà d'en éduquer certains et de leur donner envie d'avoir un travail plus tard". Ce que confirme Chantal Colmart, de la Ligue de l'Enseignement; elle travaille depuis des années avec des jeunes dans les quartiers défavorisés "en effet, ce service national universel, ça peut leur permettre de sortir de leur quartier et de leur montrer autre chose car la plupart de ces gamins ne se sentent pas rémois. S'ils sont du quartier Croix rouge, ils se sentent de Croix rouge, s'ils sont du quartier Trois Fontaines, ils se sentent de Trois fontaines mais pas de Reims." En revanche, pour Chantal Colmart, ce qui est dérangeant dans ce SNU, "c'est le caractère obligatoire car avec les jeunes qui sont mal encadrés et mal suivis, on risque de perdre le peu d'effets bénéfiques qu'on aura recherché" .

Aurélie Jacquand a demandé aux jeunes ce qu'ils pensaient de ce SNU dans le quartier Croix Rouge à Reims

Et l'hébergement pour ces jeunes?

Sur ce point, le rapport n'est pas très clair. Les modalités d'hébergement pendant la période obligatoire d'un mois n'ont pas encore été déterminées. Cette question est la "difficulté la plus importante à surmonter", souligne le rapport du groupe de travail remis au gouvernement. Il suggère d'utiliser les internats de l'Education nationale, mais aussi les centres de logement étudiant, centres de loisirs avec hébergement par exemple.  L'autre question concerne l'encadrement des jeunes qui feront leur SNU.  Le rapport suggère de le confier à des engagés volontaires , à des jeunes en service civique ou encore aux élèves des écoles de fonctionnaires

Combien ça va coûter?

Le gouvernement refuse pour le moment de chiffrer ce projet . Il attend les derniers arbitrages.  Mais les fonds nécessaires seront mobilisés, a assuré Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation natioanle : "il y a un engagement présidentiel très clair en la matière, donc l'intendance suivra".  Le groupe de travail a estimé le coût annuel d'une phase obligatoire d'un mois à 1,6 milliard d'euros hors investissements en infrastructure .