Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Saint-Martin-d'Arberoue - Saint-Esteben : un demi-poste retiré après la rentrée

lundi 10 septembre 2018 à 20:18 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Le jour de la rentrée, le RPI bénéficiait de 2,5 postes. Deux jours après, l'enseignante a dû laisser sa classe. Dur à avaler pour les parents d'élèves : contrairement à ce qui leur était annoncé, les enfants auront une classe unique du CP au CM2.

Les parents ont accroché des banderoles sur les grilles de l'école
Les parents ont accroché des banderoles sur les grilles de l'école © Radio France - Bixente Vrignon

Saint-Esteben, France

"Rendez-nous notre maîtresse", ou encore "Parents en colère". Impossible de rater les banderoles noires accrochées aux grilles de l'école si vous traversez Saint-Esteben. La rentrée se présentait sous les meilleurs auspices pour le Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI) de Saint-Martin-d'Arberoue et Saint-Esteben. Mais l'école a perdu un demi-poste entre la rentrée du 3 septembre, et la commission paritaire du surlendemain. Si l’élémentaire se retrouve aujourd'hui avec une classe unique du CP au CM2, c'est parce que cette commission a entériné la suppression d'un demi-poste.

"On nous a volé notre maîtresse !"

Les élèves ont une enseignante pour l'euskara et une pour le français - Radio France
Les élèves ont une enseignante pour l'euskara et une pour le français © Radio France - Bixente Vrignon

Philippe Guichanducq, parent d'élève: "On a eu un sentiment d'injustice totale"

Philippe Guichanducq est à la tête de l'association des parents d'élèves. Quand il a amené son fils à l'école lundi, les élèves étaient répartis en demi-groupes, mais le jeudi... surprise ! "La maîtresse n'était plus là ! Imaginez une nouvelle enseignante qui s'installe chez nous, prépare ses progressions, elle est nommée le lundi, et le mardi soir on lui dit de faire ses bagages et de repartir à la maison ! C'est un sentiment de renvoi total, c'est injuste". Les parents soulignent la classe unique à cinq niveaux pour 25 élèves. Ils veulent continuer leur action.

Sorpresa gaixtoa

Burrsoek ez dute onartu nahi erabakia - Radio France
Burrsoek ez dute onartu nahi erabakia © Radio France - Bixente Vrignon

RPI honetan, haurrek ikasten dute bai euskaraz, eta bai frantsesez ere. Hetsidura eta sorpresa txarra aipatzen dute. Nicolas Elissalde burasoa da eta dioenez : "Nahi dugu gure erakaslea berreskuratu. Lanpostu erdi horren kentzea onartezina da. Egunero biltzen gira eta segur, ez dugu hori onartuko, zeren ondorioz, 25 haur badira gela bakar batean, ikasteko baldintzak ez dira pentsatu genituenak izanen".