Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

"Stylos rouges" : quel est ce mouvement créé par des enseignants pour exprimer leur colère ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Des milliers d'enseignants "en colère", qui s'estiment "oubliés" par le gouvernement, ont créé mi-décembre un groupe Facebook intitulé les "stylos rouges". Ils entendent profiter de la rentrée scolaire pour se faire entendre en réclamant une revalorisation de leurs salaires et de leur métier.

Des enseignants "stylos rouges" menacent de mettre 20/20 à tous leurs élèves
Des enseignants "stylos rouges" menacent de mettre 20/20 à tous leurs élèves © Maxppp -

Après les "gilets jaunes", les "gyros bleus", voici les "stylos rouges". Ils veulent se faire entendre à leur tour car ils s'estiment les grands oubliés de la crise sociale actuelle.

Qui sont les stylos rouges ?

Ce sont essentiellement des enseignants mais aussi des membres du personnel (psychologues, conseillers d'éducation...). D'une poignée de membres au départ, le groupe Facebook les "stylos rouges" en comptait début janvier plus de 57.000.

Quand est né ce mouvement ?

Ce mouvement est né le 12 décembre, deux jours après l'allocution du président Emmanuel Macron, qui a tenté de calmer la colère des "gilets jaunes" en annonçant une série de mesures sociales, dont une hausse de 100 euros des salaires au niveau du SMIC. Après les vacances de Noël, les profs veulent profiter de cette rentrée scolaire pour se faire entendre à leur tour.

Que réclament les stylos rouges ?

Dans un manifeste publié sur Twitter, les profs "en colère" - qui représentent jusqu'à présent près de 6% de l'ensemble des 880.000 enseignants - ont demandé au gouvernement une augmentation des salaires et le dégel du point d'indice. Si au départ, les revendications du groupe étaient essentiellement "salariales", elles ont depuis évolué pour voir leur métier revalorisé.

"On demande une vraie prise en compte de nos élèves, avec des effectifs limités dans les classes à 20 élèves dans le primaire, 25 dans le secondaire, 30 en terminale", a expliqué à l'AFP Jennifer, l'une de ses fondatrices, une professeure des écoles en Normandie.

La liste de doléances ne s'arrête pas là : les enseignants souhaitent notamment l'arrêt des suppressions de postes, le retrait du jour de carence, une rediscussion de la réforme du lycée avec les personnels concernés, davantage de moyens humains pour aider les élèves en difficulté, la création d'une médecine du travail pour l'Éducation nationale... 

Le budget 2019 prévoit de supprimer 2.650 postes dans les collèges et lycées publics. Quant à la réforme du lycée, elle instaure la suppression des séries (ES, S, L) dans le cadre du nouveau bac entrant en vigueur en juin 2021.

20/20 à tous les élèves, d'autres actions à venir ?

À Lille, des profs du mouvement ont déjà annoncé que dès lundi, ils noteraient toutes leurs copies avec un 20/20.

Dans certaines académies, des enseignants se rassemblent dans les prochains jours comme à Tours ce mercredi.

En Lorraine, des assemblées générales sont prévues samedi à Metz et Nancy.

Au niveau national, d'autres actions sont envisagées, mais elles sont encore en discussion. Il pourrait y avoir des rassemblements le week-end ou encore un envoi collectif de lettres au ministère, selon franceinfo.

Le Snes, le syndicat majoritaire chez les enseignants, va "prendre contact très rapidement" avec les "stylos rouges" afin de discuter des "modalités d'actions" qu'ils peuvent "mettre en place en commun", a annoncé  lundi sur franceinfo Xavier Marand, secrétaire général adjoint du Snes.

Choix de la station

France Bleu