Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tarn-et-Garonne : les cartables toujours trop lourds pour les élèves de l’école de Grisolles

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu
Grisolles, France

Malgré les aménagements, les cartables restent trop lourds à porter pour les élèves. Peut être une solution, la tablette numérique et les devoirs sur internet.

Les cartables toujours lourds à porter pour les élèves du primaire et du collége
Les cartables toujours lourds à porter pour les élèves du primaire et du collége © Radio France - Vanessa Marguet

On en parle depuis des décennies, et pourtant, les cartables des élèves sont toujours trop lourds à porter. La FCPE, la principale fédération de parents d'élèves est repartie à la charge en organisant des opérations de pesée des cartables à la sortie des collèges. C'était le cas notamment à Figeac dans le Lot. Résultat, le cartable qui selon les normes du ministère ne devrait pas dépasser 10% du poids de l'enfant, dépasse parfois les 4 , 5 , voir 8 kilos ! Des efforts ont été faits pour alléger le cartable des manuels, des cahiers et des classeurs. Mais ce n'est pas suffisant.

6 kilos sur le dos 

Aux portes de l'école primaire "Le Grand Cèdre" à Grisolles dans le Tarn et Garonne, le cartable est parfois lourd à porter. « Les cahiers, les manuels, je remplis mon sac pour être sûre de m’avancer dans mes devoirs – dit cette élève de CM2. Je trouve que c’est assez lourd renchérie sa voisine, parce qu’on a beaucoup de cahiers, vu qu’on a beaucoup de devoirs. Faudrait que la maitresse nous donne moins de devoirs ! »

« Mon petit fait 25 kilos, son sac doit faire deux fois son épaisseur » dit ce parent d’élève. 

« C’est compliqué – reconnait cette mère de famille – je commence à laisser mon fils partir à pied, c’est lourd, il a 6 kilo et demi, 7 kilos sur le dos. Des classeurs, des portes vues. Il n’y a pas encore de livres, alors je m’inquiète un peu pour la 6eme. »

« En CE2, les cartables, on peut encore les mettre à roulettes, c’est encore à la mode, ça passe. Après, ils ont beaucoup trop de documents qui ne leur serve pas forcément » constate ce parent d’élève.

Les élèves et les parents de l'école primaire "Le Grand Cèdre" à Grisolles

« Il y a quelques efforts de faits, mais il reste beaucoup de progrès à faire, ajoute cette mère d’un élève de CM1. Éliminer tous les classeurs, mettre le cours dans des fiches simples, alléger tout ça. La solution, c’est peut-être d’envoyer par mail tous les devoirs, ce qui se fait maintenant beaucoup au niveau du collège, au niveau du poids du cartable, cela pourrait alléger beaucoup de chose. 

La tablette numérique remplace les cahiers

Certains établissements ont remplacé en partie les manuels par des tablettes numériques, ou envoient les devoirs par mail. C'est peut être la solution estime Théo Lucas , il est élève en 3eme au collège Jean Lacaze de Grisolles dans le Tarn-et-Garonne.

« Avec le numérique, les cours seraient accessibles à quasiment tout le monde, le seul problème, c’est que certains élèves n’ont pas accès à internet, donc ça limite l’accès aux cours pour certains. Sinon, ils nous envoient les devoirs à faire sur l’ENT ( Les espaces de travail inter-établissements mis en place par l’Académie de Toulouse pour connecter les établissements entre eux, les élèves et les enseignants ) . On a la disponibilité de la séance du jour, du programme du jour, mais nous n’avons pas la possibilité de consulter le cours. Le numérique nous simplifierait la vie et le poids du cartable, mais il faut encore faire un effort. » constate ce collégien.

Théo Lucas - élève en 3e au collège Jean Lacaze de Grisolles

Il faut se dire que nos enfants, aujourd'hui, quand ils vont à l'école, ils portent deux packs d'eau sur le dos. C'est une question de santé - Béatriz Malleville, coordinatrice régionale des parents d'élèves de la FCPE en Midi-Pyrénées

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu