Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Tentative de suicide au collège de Sarlat : une enquête administrative commence ce lundi

mercredi 10 janvier 2018 à 18:52 France Bleu Périgord

Une délégation de la direction des ressources humaines de l'académie de Bordeaux arrive au collège de la Boétie ce lundi pour déterminer les responsables de la tentative de suicide d'un professeur.

Le collège La Boétie de Sarlat compte près de 800 élèves
Le collège La Boétie de Sarlat compte près de 800 élèves © Radio France - Antoine Balandra

Sarlat-la-Canéda, France

Un mois après la tentative de suicide d'un professeur "sous pression" dans une classe vide du collège La Boétie à Sarlat, une enquête administrative commence dès ce lundi pour déterminer qui est ou qui sont les responsables.  

Une délégation de la direction des ressources humaines de l'académie de Bordeaux est attendue au collège pour questionner les différents acteurs de ce drame."Des professeurs et agents salariés du département pourront parler sur la base du volontariat," explique Elisabeth Laporte, la directrice d'académie de la Dordogne. 

Les conclusions de l'enquête seront rendues au recteur en février. En attendant,"le calme est revenu au collège pour cette rentrée 2018." La principale pointée du doigt par les syndicats est en arrêt maladie jusqu'à la mi-mars. Le principal du collège du Bugue la remplace jusqu'en juin. 

La situation instable au collège de La Boétie plusieurs fois signalée

Selon la directrice d'académie de Dordogne, Elisabeth Laporte, il n'y a pas eu d'erreur mais "il y a peut-être des choses que nous n'avons pas vu à temps, des signaux qui ne sont pas arrivés à temps." 

Il n'y a pas eu d'erreur mais il y a peut-être des choses que nous n'avons pas vu à temps, des signaux qui ne sont pas arrivés à temps." - Elisabeth Laporte, directrice d'académie de la Dordogne. 

Comme cet audit réalisé par le conseil départemental dont il ressortait un malaise entre la principale et les agents du collège. Ou ces problèmes de planning entre la principale et les professeurs d'occitans. "Mais rien d'alarmant sur la situation du professeur en question", répond la directrice d'académie. 

Des élus du CHSTC avait fait une visite le 28 novembre, une semaine avant le drame. Peut-être trop tard. L'académie a tout de même réagi à cette affaire avec un plan d'action qui devrait s'étendre aux autres départements de l'académie qui devrait notamment changer le mode de communication entre les dirigeants et les employés et rendre plus visible les acteurs auxquels il faut s'adresser en cas de problème. L'académie pense également à bousculer la formation des dirigeants.