Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Terminé les vacances: bientôt la pré-rentrée des enseignants mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Le 2 septembre, ça sera la rentrée pour tous les élèves en France. Mais avant cela, il y a la pré-rentrée des enseignants, le vendredi 30 août 2019. Reportage de Lena Thébaud

Une cour d'école primaire
Une cour d'école primaire © Radio France - Sylvie Duchesne

Préparer la rentrée des classes est propre à chaque enseignant: rituel, habitudes, chacun à sa façon de faire. Pour cette rentrée 2019, deux enseignants livrent leur façon d'appréhender leur métier: Pierre-Marc Planchais et Valentin Gascoin. 

L'un va commencer sa dernière année d'enseignement, l'autre en est à sa troisième année en tant que professeur. Pierre-Marc Planchais est professeur des écoles depuis de nombreuses années, le 2 septembre 2019, il fêtera sa 40ème et dernière rentrée scolaire à l'école de Bonchamps-les-Laval. Valentin Gascoin en est seulement à sa troisième rentrée scolaire en tant que professeur de mathématiques au Lycée agricole de Laval. 

À chacun sa préparation avant la rentrée scolaire  

C'est avec insouciance et en toute tranquillité que Pierre-Marc Planchais se prépare à accueillir sa dernière année d'enseignement. Pour lui, c'est une année comme les autres, mais avec plus de temps car les cours sont déjà prêt et il y a moins besoin de préparer ses leçons. "À partir de la fin des classes en juillet, tout est quasiment prêt pour ma rentrée en septembre", explique ce professeur, bientôt à la retraite. 

Mais pour Valentin Gascoin ce n'est pas tout à fait la même chose. Depuis le 15 août, il prépare et peaufine ses cours. Il a beau déjà connaître ses élèves depuis l'année dernière, il y a des changements que l'on ne peut ignorer. "À la rentrée j'aurais ma première classe de terminale et je serai professeur principal, donc il faut que je prépare de nouveaux cours et que je me prépare à accompagner mes élèves pour Parcoursup". Des nouveautés, donc, pour ce jeune enseignant âgé de 27 ans et originaire d'Angers. 

L'évolution du métier 

Pierre-Marc Planchais, préparant un cours d'histoire, Laval le 27 août 2019
Pierre-Marc Planchais, préparant un cours d'histoire, Laval le 27 août 2019 © Radio France - Lena Thébaud

Quand il réfléchit à sa carrière au sein de Ministère de l'éducation nationale, il se remémore les grandes avancées qu'il a connu et qui ont profondément marqué sa carrière: "l'arrivée de la photocopieuse, puis celle de l'ordinateur et enfin celle du TBI (le tableau blanc interactif fixe)"

Valentin Gascoin considère aussi que le métier est en profonde mutation, les professeurs doivent s'adapter à la société et donc aux nouvelles technologies. Il évoque une manière d'enseigner "3.0", qui lui convient plutôt bien. Dorénavant en cours, il parle d'internet et des réseaux sociaux avec ses élèves. 

J'essaye de rendre mon cours plus attractif, grâce à de nouvelles méthodes d'enseignements, comme l'utilisation de jeux vidéos comme Angry Birds, Fornite ou encore le réseau social Snapchat. 

Au final, cet enseignant de mathématiques modifie la forme de ses cours mais le fond reste toujours le même. "Les élèves sont vraiment réceptifs à ces exercices qui leurs parlent plus", précise-t-il. 

L'art d'aider et d'enseigner

Fils d'instituteurs, Pierre-Marc Planchais n'a pas eu à s'interroger longtemps sur la carrière qu'il souhaitait mener. Il sillonne la Mayenne depuis 40 ans, tantôt remplaçant, puis professeur des classes de maternelles pour ensuite se dédier aux classes de CM1. Cet instituteur a rencontré beaucoup d'enfants, a beaucoup d'anecdotes sur sa carrière car il a consacré sa vie entière à aider et à enseigner les rudiments à ses élèves.

Cette même passion du métier se ressent aussi chez Valentin Gascoin. Depuis plusieurs années, il savait qu'il voulait enseigner. Il a d'abord été professeur particulier, puis ensuite enseignant contractuel. "J'ai toujours aimé rassembler un groupe de personnes pour les aider, expliquer un exercice ou leur enseigner des choses." C'est donc tout naturellement qu'il est ensuite devenu professeur de mathématiques, après un diplôme d'ingénieur en physique chimie en poche. 

C'est grâce notamment à un professeur de mathématiques lorsqu'il était élève de terminale, que l'envie d'enseigner est apparue. Un professeur qui l'inspire toujours dans sa carrière d'enseignant aujourd'hui: "C'était un professeur qui nous écoutait et qui privilégiait la discussion avec chacun de ces élèves. C'est ce que j'essaye de faire aussi maintenant avec mes élèves, du mieux que je peux."

Valentin Gascoin, professeur de mathématiques au Lycée agricole de Laval
Valentin Gascoin, professeur de mathématiques au Lycée agricole de Laval © Radio France - Lena Thébaud

Malgré les difficultés du métier, les conditions de travail parfois compliquées, Pierre-Marc Planchais recommanderait cette profession à n'importe qui désirant se lancer dans pareille carrière.

Mais il faut surtout de la patience, de la curiosité et aimer les enfants avant tout. Car l'école c'est d'abord penser à ses élèves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu