Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Timothé Nadim, ex-victime de harcèlement scolaire, désormais investi pour faire bouger les choses

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Rencontre avec Timothé Nadim, Berjallien de 21 ans, qui veut présenter au gouvernement son projet de plateforme en ligne contre le harcèlement scolaire.

D'après différentes études menées depuis 2011, 14 % des élèves du primaire, 12 % des collégiens et 2 à 3 % des lycéens se disent harcelés.(photo d'illustration)
D'après différentes études menées depuis 2011, 14 % des élèves du primaire, 12 % des collégiens et 2 à 3 % des lycéens se disent harcelés.(photo d'illustration) © Maxppp - .

En France, on estime que 700.000 élèves sont victimes de harcèlement dans le cadre de l'école. Timothé Nadim, Berjallien de 21 ans, a dû faire avec les brimades, les insultes, les coups de certains camarades quand il était au collège. En 6e dans un collège privé de la ville et en 3e alors qu'il était scolarisé dans un établissement public. Il raconte avoir mis plusieurs années avant de mettre l'expression "harcèlement scolaire" sur ce qu'il a subi.

Rencontre avec Timothé Nadim.

Rendre plus facile le fait de briser le silence

Désormais, il est ambassadeur de l'association "Respect zone", spécialisée dans la lutte contre la violence en ligne dont l'appel a été signé par une centaine de personnalités, dont le tennisman espagnol Rafael Nadal, le chanteur Amir, etc. Timothé va également témoigner prochainement dans des collèges de Rhône-Alpes.  

Il travaille également à une plateforme en ligne qu'il espère voir adopter dans quelques mois par le gouvernement. Un outil, selon lui, plus complet que ce qui est mis en place aujourd'hui et surtout plus adapté aux premiers concernés par ces faits : les jeunes. Il veut aussi une possibilité d'échange 24h sur 24 et non à certaines heures, comme c'est le cas actuellement. Pour résumer, rendre plus facile la prise de parole, le fait de briser le silence.

Le ministère de l'Education Nationale a multiplié les outils : site internet, présence sur les réseaux sociaux et numéro vert 30.20. Il reconnaît que ce numéro est dans une très grande majorité utilisé par les adultes. Mais qu'il est de plus en plus sollicité. L'an passé, ce numéro, où des psychologues notamment répondent, a recueilli 17.800 appels, un chiffre en hausse (+ 17% par rapport à 2017 ).

Quelques liens utiles

Choix de la station

À venir dansDanssecondess