Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Toulouse : Après l'incendie de leur école, les élèves de Pierre et Marie Curie retournent en classe

lundi 7 janvier 2019 à 18:44 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Occitanie

Trois semaines après l'incendie criminel devant l'école primaire Pierre et Marie Curie, dans le quartier des Minimes, à Toulouse, les 350 élèves ont repris le chemin de l'école, ce lundi, pour la rentrée scolaire.

Les cours ont repris ce lundi à l'école primaire Pierre et Marie Curie, à Toulouse.
Les cours ont repris ce lundi à l'école primaire Pierre et Marie Curie, à Toulouse. © Radio France - Suzanne Shojaei

Toulouse, France

Ils ne sont pas près d'oublier ce qu'ils ont vu. "Il y avait de la suie partout, ça faisait vraiment peur", raconte cet élève de CM2. Ce lundi, les enfants scolarisés en primaire à l'école Pierre et Marie Curie retrouvent les bancs de l'école. Une rentrée pas tout à fait comme les autres, puisqu'une grande planche de bois bloque l'entrée, et la façade garde les stigmates de l'incendie criminel d'il y a trois semaines

À l'intérieur, les murs du rez-de-chaussée sont encore noirs par endroits. C'est là que se trouvent les bureaux administratifs, dont celui de la directrice. À l'étage, les équipes de nettoyage ont travaillé chaque jour pendant trois semaines pour que les enfants puissent reprendre les cours. Les couloirs et les salles de classe sont redevenus propres. 

18 enseignants remplaçants

Mais le travail n'est pas terminé. L'équipe enseignante continue de nettoyer. "C'est la raison pour laquelle nous avons 18 enseignants remplaçants, explique la directrice, Sophie Aracil. Pendant ce temps, nous nettoyons les salles qui sont vides."

"Je suis soulagée, parce que ça a été compliqué." - Sophie Aracil, la directrice

Dans la salle de classe des CM2, les mains se lèvent rapidement pour raconter. "Quand je suis passée, ça m'a surprise. Le fait que des gens aient mis le feu, c'est ça qui m'a interpellée", raconte une élève. "Imaginez, si on se trouvait dans l'école à ce moment-là !", reprend une autre. 

"J'espère que ceux qui ont mis le feu ne reviendront pas" - un élève de CM2

"Voir sa classe noircie, c'est impressionnant" - Isabelle Talec, enseignante

Les professeurs, eux aussi, sont marqués par l'évènement. "L'odeur de brûlé était très forte, se souvient Isabelle Talec, l'enseignante des CM2. On peut être découragé en voyant autant de dégâts. Mais on doit faire face et se remettre au travail très vite."

Les cours reprennent normalement. Mais les travaux doivent durer jusqu'à fin février.

Un deuxième incendie dans une école toulousaine

Trois semaines plus tard, alors que les élèves de Pierre et Marie Curie font leur rentrée, ceux de l'école primaire Buffon restent à la maison. L'établissement situé quartier Lafourguette a été victime, lui aussi, d'un incendie criminel dans la nuit de vendredi à samedi. Une voiture a été incendiée juste devant l'entrée.

Tout le hall d'entrée et les bureaux administratifs sont partiellement brûlés. L'école sera donc fermée plusieurs semaines. Les cours des 280 enfants pourraient se dérouler à partir de jeudi dans l'ancienne école Jean Gallia, à quelques rues de Buffon.

"Je suis folle de rage" - Marion Lalane-de Laubadère, adjointe au maire

L'incendie de l'école Buffon est donc le deuxième feu criminel dans une école primaire de Toulouse en moins d'un mois. "Je ne comprends pas qu'on puisse s'attaquer à une école", réagit Marion Lalane-de Laubadère, adjointe au maire en charge de l'éducation, qui se dit "folle de rage".

Les enquêtes respectives sont en cours.