Éducation

Toulouse : dix nouvelles écoles d'ici 2019

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse jeudi 25 août 2016 à 16:17

33.600 enfants sont inscrits cette année dans les écoles toulousaines.
33.600 enfants sont inscrits cette année dans les écoles toulousaines. © Radio France - Bénédicte Dupont

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, l'a annoncé ce jeudi 25 août : la Ville ne va pas injecter 166 mais 200 millions d'euros dans les écoles d'ici la fin du mandat. Cela se concrétisera par la construction de dix nouvelles écoles, contre sept prévues initialement.

Jean-Luc Moudenc avait promis que l'Education serait le premier budget de la Ville. Elle le reste, l'argent mis sur la table est même étoffé. Grâce à l'épargne reconstituée, Toulouse n'investira non pas 166 mais 200 millions d'euros dans les écoles toulousaines. Au départ, le maire LR avait affiché un objectif de sept nouvelles écoles d'ici la fin de son mandat. Ce sera finalement dix.

Ces nouvelles écoles serotn surtout dans le Nord et l'Ouest de Toulouse. - Radio France
Ces nouvelles écoles serotn surtout dans le Nord et l'Ouest de Toulouse. © Radio France - Maire de Toulouse

Les sept prévues : le groupe scolaire Guilhermy (Saint-Simon), 6 maternelles et 2 élementaires ouvertes dès jeudi prochain;  Niboul en cours de construction (Croix-Daurade) l'an prochain, Borderouge, Fleurance (Saint-Martin-du-Touch), la Reynerie et Geneviève de Gaulle-Anthonioz (la Cartoucherie, pour le moment en préfabriqué) en 2018 et Malepère (qui sera baptisée Georges Mailhos, du nom de l'ancien président de l'université de Toulouse Le Mirail) en 2019. Auxquelles s'ajouteront donc pour la rentrée 2019-2020 : le groupe scolaire Grand-Selve à Paléficat, le groupe scolaire Jean-Zay à Borderouge et le groupe scolaire Bordeblanche (Pradettes).

Toutes les nouvelles acquisitions foncières pour bâtir ces nouvelles écoles feront au moins 6.000 mètres carrés. Nous ne voulons pas que les terrains soient trop petits, il faut prévoir de devoir agrandir les écoles un jour — Jean-Luc Moudenc

Les plus grosses réhabilitations concerneront l'école Bénézet et Fontaine-Lestang en 2019 et Jules-Julien (cette année) à Rangueil. Quatre écoles devraient être agrandies d'ici trois ans : Cuvier (Croix-Daurade), Lapujade (Bonnefoy), Clément Falcucci (Bagatelle) et Patte d'Oie.

Atsem, cantine, périscolaire

Cette année, le cap des 33.000 enfants scolarisés en primaire à Toulouse sera passé. Sans doute autour des 33.700, soit 760 de plus que l'an dernier. 28.000 environ vont à la cantine. La cantine centrale (qui sert aussi les seniors) sera d’ailleurs d'ici 2019, modernisée pour à terme être en capacité de produire 40.000 repas par jour. Pas de modification des tarifs du Claé et de la cantine cette année.

Certains avaient agité le spectre de la désaffection des Claé et de la cantine à cause de l'augmentation des tariifs. Au final c'est faux. Sur l'ensemble des écoles toulousaines l'an dernier, le taux de fréquentation de la cantine le midi et périscolaire le soir est le même qu'en 2014-2015. — Marion Lanne de Laubadère, adjointe au maire chargée de l'éducation

M. Lalanne de Laubadère et Jean-Luc Moudenc ce jeudi 25 août. - Radio France
M. Lalanne de Laubadère et Jean-Luc Moudenc ce jeudi 25 août. © Radio France - Bénédicte Dupont

Comme promis, un effort sur les Atsem est produit. Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, touchés par un fort taux d'absentéisme, verront cette année le renfort de 100 nouveaux agents. Une soixantaine d'Atsem ont d'ores et déjà été recrutés. Les 100 devraient être atteints d'ici janvier 2017.

Alors que la plupart des autres villes réduisent leur nombe de personnel périscolaire, Toulouse maintient un taux d'encadrement élevé : un adulte pour 10 petits en maternelle, un adulte pour 14 enfants en élémentaire. — Marion Lalanne de Laubadère

Le repas sans viande a visiblement fait des adeptes, la Ville affirme que 30% des parents toulousains demandent que des repas sans viande soient servis à leurs enfants. "Et, ce dans TOUS les quartiers", de préciser l'adjointe chargée de l'Education, sous-entendu les quartiers où la communauté musulmane est plus présente ne réclame pas plus de repas sans viande que les autres.

Partager sur :