Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Toulouse : le ministre Jean-Michel Blanquer veut faire de Gallieni "un lycée expérimental"

vendredi 9 mars 2018 à 13:24 Par Clémence Fulleda, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le ministre de l'Education nationale est en visite à Toulouse, en Haute-Garonne ce vendredi 9 mars. Il promet de faire du lycée professionnel Gallieni, théâtre de violences ces derniers mois, un lycée expérimental. Et d'autres lycées pourraient suivre. Explications.

Le lycée Gallieni de Toulouse a connu beaucoup de faits de violences ces derniers mois.
Le lycée Gallieni de Toulouse a connu beaucoup de faits de violences ces derniers mois. © Radio France - Clémence Fulleda

Toulouse, France

"Il y aura un avant et un après ce 9 mars 2018. ".  Voilà ce que veulent croire les professeurs du lycée professionnel Gallieni de Toulouse, après la visite de Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Education nationale passe en effet la journée dans la ville rose  ce vendredi 9 mars, comme le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, qui lui va à Balma et au Mirail.

Un lycée expérimental

Jean-Michel Blanquer a rencontré les représentants des professeurs aux côtés de Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, de la nouvelle rectrice, de la nouvelle directrice des services académiques, ainsi que de Sébastien Nadot et Sandrine Mörch, députés de La République en marche, pendant deux bonnes heures au lycée Gallieni ce vendredi matin.

Cet établissement est en proie à des violences depuis de nombreuses semaines. Poubelles brûlées, crachats, insultes de la part d'élèves, qui restent minoritaires mais qui terrorisent camarades et professeurs.  En janvier, une soixantaine de profs avaient même refusé de se rendre en cours.

Le ministre de l'Education nationale leur  a promis non pas un classement en zone prioritaire, comme ils le demandaient, mais que Gallieni serait "lycée expérimental". 

Certains élèves pourront être exfiltrés des classes pour aller avec des éducateurs. Nous aurons plus de formations dès 2018 et de temps de concertation. On attend la concrétisation des efforts mais l'espérance renaît. - Fabian Bergès, professeur de mathématiques et secrétaire départemental adjoint du SGEN-CFDT

Il souligne aussi que la venue du ministre "est un symbole fort" et que ce dernier n'a pas fermé la question de moyens supplémentaires, notamment en terme de surveillants. 

L'équipe de Gallieni  doit donc à présent s'atteler à fournir un projet éducatif en ce sens.  "Il reste encore beaucoup de travail pour monter le projet avec le rectorat et la direction académique des services de l'éducation nationale", souligne Nicolas Tournier, secrétaire départemental du SNETA FO, professeur en construction mécanique.

Gallieni, un exemple ?

Jean Michel Blanquer précise de son côté que le changement de proviseur, comme celui de la rectrice ou de la directrice d'académie, n'était pas un désaveu, "ce n'était pas disciplinaire mais ça a été fait dans un esprit de renouvellement pour qu'on comprenne bien qu'on passe à autre chose", dit-il.

Il a par ailleurs précisé qu'un lycée expérimental est un lycée qui a justement "un projet éducatif original qui concentre l'énergie des partenaires autour du lycée."

C'est un lycée qui va progresser grâce aux atouts que nous saurons souligner. Ce lycée, comme tous les lycées de France, a des points forts. C'est d'abord des points forts humains avec une équipe motivée, des élèves qui ont envie de travailler et des élèves qui ont peut-être été gênés ces derniers temps parce que le non-respect des règles de la République s'était imposé de la part d'une minorité d'élèves. On a voulu rétablir un certain ordre, cela commence à être fait. Sur la base de cet ordre, nous nous projetons positivement dans l'avenir. - Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

Jean-Michel Blanquer a tenu un point presse au rectorat de Toulouse. - Radio France
Jean-Michel Blanquer a tenu un point presse au rectorat de Toulouse. © Radio France - Clémence Fulleda

Lorsqu'on lui demande s'il y aura d'autres lycées expérimentaux en France, Jean-Michel Blanquer opine de la tête, confirmant l'information, avant de s'éclipser, sans en dire davantage.

Jean-Michel Blanquer a promis qu'il reviendrait à Gallieni, sans donner de date précise.