Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Transmettre la mémoire de la Shoah : Ginette Kolinka témoigne devant des lycéens normands

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ginette Kolinka, déportée et rescapée du camp d'Auschwitz-Birkenau, a rencontré les lycéens normands ce jeudi au Mémorial de Caen. Elle tient à transmettre son histoire aux plus jeunes afin de lutter contre l'antisémitisme et le racisme.

Ginette Kolinka garde le sourire malgré son histoire
Ginette Kolinka garde le sourire malgré son histoire © Radio France - Léa Dubost

Caen, France

Du haut de ses 93 ans, Ginette Kolinka inspire le respect. Devant un amphithéâtre rempli de lycéens normands, elle raconte durant plus d'une heure son histoire. Les arrestations, la déportation, la mort, les coups...l'ancienne déportée livre tous les détails de son passé

"C'est la haine qui a conduit les êtres humains à nous faire ça. C'est pour cela que je suis devant vous aujourd'hui. Pour vous dire que nous n'avons pas le droit d'haïr quelqu'un sous prétexte qu'il est différent." 

Ginette Kolinka raconte son histoire à la troisième personne, au présent et dans les moindres détails. 

Hitler veut nous tuer, les nazis veulent nous humilier ! 

La rescapée avoue son innocence avant le début du cauchemar, livre ses souvenirs de la déportation et se remémore ses quinze mois à Birkenau. "Pour moi, le début du pire ça a été la nudité. J'étais malade de honte." confie-t-elle. Si Ginette Kolinka dévoile son histoire avec aise, cela n'a pas toujours été le cas. Encore très pudique devant ses proches, elle ne témoigne que devant des élèves. 

"Moi je ne pleure pas, je ne sais plus ce que c'est de pleurer. Ma sentimentalité, je crois que je l'ai laissé aux camps." La salle est silencieuse, les lycéens fixent Ginette Kolinka et l'écoutent raconter son récit glaçant, mais indispensable. 

1 français sur 10 ne sait pas ce qu'est la Shoah

Selon un sondage Ifop dévoilé par France Info ce jeudi, 19 % des 18-34 ans n'ont jamais entendu parler du génocide des Juifs. Pourtant, cette période de l'histoire est enseignée plusieurs fois au cours de la scolarité. C'est pourquoi, aujourd'hui plus que jamais, Ginette Kolinka veut transmettre son histoire aux plus jeunes pour lutter contre l’antisémitisme et le racisme

"Parfois, je vais dans des établissements où les parents ne savent pas ce qu'est la Shoah. Si je transmets mon histoire, ma mémoire aux enfants, c'est pour qu'ils remettent leurs parents sur le droit chemin." Cette témoin de l'horreur termine son intervention humble : "Voilà c'est mon histoire. _Je vous ai laissé notre mémoire_, il ne faut plus que quelque chose comme ça recommence".

Les lycéens normands retrouveront Ginette Kolinka en janvier prochain, lors de leur voyage d'étude à Auschwitz-Birkenau

Choix de la station

France Bleu