Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Trois lycéens landais imaginent une borne contre le gaspillage alimentaire à la cantine

mercredi 21 mars 2018 à 18:16 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Mathieu, Adélaïde et Yohan sont en 1ere S - Sciences de l'Ingénieur, au lycée Duruy à Mont-de-Marsan. Dans le cadre d'une épreuve anticipée pour le bac, ils ont inventé un prototype pour limiter le gaspillage alimentaire à la cantine. Pour aller au bout de leur projet, ils lancent une cagnotte.

Mathieu, Adélaïde et Yohan travaillent sur le gaspillage alimentaire dans le cadre de l'épreuve anticipée de TPE du baccalauréat
Mathieu, Adélaïde et Yohan travaillent sur le gaspillage alimentaire dans le cadre de l'épreuve anticipée de TPE du baccalauréat © Radio France - Valérie Mosnier

Mont-de-Marsan, France

C'est une cagnotte d'un genre un peu particulier, qui a été lancée cette semaine sur un site de financement participatif. Une cagnotte pour aider trois lycéens landais à concrétiser un projet imaginé dans le cadre de leur formation. Mathieu, Adélaïde et Yohan sont en 1ere S - Sciences de l'Ingénieur, au lycée Duruy à Mont-de-Marsan. Cette année, ils ont l'épreuve anticipée de TPE (Travaux Personnels Encadrés) du baccalauréat et ils ont choisi de s'intéresser au gaspillage alimentaire au niveau de leur cantine scolaire

"Self-e", c'est le nom du projet, part d'un constat simple : les élèves jettent trop de nourriture chaque jour explique Mathieu : "On a le pain... 35 kilos de gaspillés par semaine, ça fait quand même _plus de 150 baguettes entières qui sont jetées_. c'est vraiment énorme." Alors, le trio a imaginé un système qui permettrait à chacun de réserver son repas via un site internet, une application sur téléphone portable ou une borne qui serait installée dans le hall de l'établissement, "comme ça on connaîtrait le nombre exact d'élèves qui mangeraient et ça limiterait le gaspillage alimentaire" poursuit le lycéen. 

L'accès au site internet et l'application sur le téléphone portable permettraient ainsi aux élèves de dire, dès la veille, s'ils mangent à la cantine et ce qu'ils retiennent dans le menu. Les cuisiniers pourront eux anticiper plus facilement. Pour les retardataires, ceux qui n'auront pas réservé la veille, comme le portable est interdit dans l'enceinte du lycée, Mathieu, Adélaïde et Yohan ont imaginé une borne qui serait située dans le hall de l'établissement. Il s'agirait alors de passer sa carte de cantine, une carte avec un QR Code, un code barre carré, qui contiendrait l'identifiant de l'élève. Avec bien sûr une heure limite pour ensuite préparer les repas.

Il faudra peut-être un temps d'adaptation reconnaît Mathieu : "Mais je pense que ça pourrait marcher parce que quasiment tout le monde aime utiliser son smartphone ou son ordinateur. C'est pour ça qu'on a voulu jouer avec la technologie qui nous entoure." Yohan y voit aussi un autre avantage, celui d'avoir des produits de meilleure qualité : "Si on réduit les pertes, ils auront besoin d'acheter moins de quantité et du coup ils pourront acheter de la qualité supérieure."

Un financement participatif pour réaliser une borne

Le système fonctionne résume Yohan, il ne leur manque que la borne. Des croquis ont déjà été réalisés par Adélaïde : "Il y aurait la tablette tactile dessus, une trappe sur le côté pour scanner le QR Code qui est sur la carte. Pour recharger la tablette, il y aurait des panneaux solaires pour respecter notre environnement. Et le support de la borne serait fait en bois, parce que dans les landes on dispose de pins."

Adélaïde a imaginé à quoi pourrait ressembler la borne de "Self-e" - Maxppp
Adélaïde a imaginé à quoi pourrait ressembler la borne de "Self-e" © Maxppp - Valérie Mosnier

Le trio, aidé par leurs profs dont Jean-Baptiste Lamothe, enseignant de sciences de l'ingéneur, vient de lancer un financement participatif pour réaliser cette borne anti-gaspi. Ils ont besoin au moins de 500 euros. D'autant que Mathieu, Adélaïde et Yohan représenteront les Landes lors de la finale régionales des Olympiades de Sciences de l'Ingénieur à La Rochelle, le 26 avril prochain.