Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un enseignant soupçonné de fondamentalisme à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu
Perpignan, France

Polémique dans trois écoles publiques de Perpignan : un enseignant étranger, chargé d’enseigner la langue arabe et la culture algérienne, aurait profité de ses cours pour faire du prosélytisme.

Le Coran, en arabe (illustration)
Le Coran, en arabe (illustration) © Maxppp

C’est une affaire embarrassante pour les services de l’Education nationale. Depuis plusieurs mois, la laïcité aurait été bafouée dans plusieurs écoles publiques de Perpignan (Pasteur-Lamartine, Ferry et Duruy).

Chaque mercredi après-midi, plusieurs dizaines d’écoliers volontaires se voient dispenser un cours facultatif d’arabe et de culture algérienne, par un enseignant étranger mis à disposition par l’Algérie dans le cadre du dispositif ELCO (enseignements de langue et de culture d'origine).

Problème : le cours d’arabe s’apparenterait davantage à un cours de religion. Et le prosélytisme de cet enseignant ne se cantonnerait pas à la salle de classe. À la sortie de l’école, les mamans se feraient réprimander si elles ne sont pas voilées. L’homme exigerait aussi que les enfants ne mangent pas leur goûter à certains horaires, "non-conformes aux préceptes du Coran".

L'enseignant absent depuis plusieurs semaines

Selon nos informations, ces dysfonctionnements auraient été constatés lors d’un contrôle d’inspection annuel mené récemment par les services de l’Education nationale.

Le rapport d’inspection a été envoyé à l’ambassade d’Algérie, qui emploie et met à disposition cet enseignant (comme le prévoit le dispositif ELCO). Une décision d’éviction a-t-elle été prise ?  En tous cas, l’enseignant ne s’est plus présenté à son poste depuis plusieurs semaines.

Toujours selon nos informations, l'homme intervenait dans les écoles de Perpignan depuis au moins cinq ans.

Le maire de Perpignan indigné

Depuis plusieurs mois déjà, le maire de Perpignan a déclaré la guerre au dispositif ELCO, auquel participent plus de 500 élèves dans les écoles publiques de Perpignan.

"Ce système conduit au communautarisme" (Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan)

Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan

Pour le maire de Perpignan, il serait beaucoup plus judicieux d’ouvrir les écoles aux parents d’élèves qui ne maîtrisent pas le français, plutôt que de permettre aux enfants d’apprendre la langue d’origine de leurs parents.

Un dispositif "dévoyé"

Créé dans les années 70, le dispositif ELCO avait un but précis : scolariser les enfants des travailleurs migrants tout en maintenant un lien avec leur pays d’origine, dans la perspective d’un retour. Aujourd’hui, le contexte a totalement changé : la plupart des enfants qui en bénéficient sont français.

En 2013, un rapport confidentiel du Haut-Conseil à l’Intégration, remis au gouvernement, s’inquiétait déjà de potentielles dérives communautaristes des ELCO, qui bénéficient à 92.500 élèves en France :

"Le dispositif peut conduire au communautarisme. Certains interlocuteurs craignent même que les ELCO deviennent des catéchismes islamiques."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu