Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un étudiant sur deux à partir de lundi prochain à l'université Paul-Valéry à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

À partir de lundi 28 septembre, un étudiant sur deux de l'université Paul-Valéry pourra venir sur le campus. Les autres suivront les cours à distance via les plateformes en ligne. Une semaine, ceux avec des chiffres impairs iront à la faculté, la semaine d'après ceux avec des chiffres pairs.

Patrick Gilli, président de l'université Paul-Valéry, a tenu une conférence de presse ce mercredi matin pour présenter les nouvelles mesures de rentrée pour lutter contre le coronavirus
Patrick Gilli, président de l'université Paul-Valéry, a tenu une conférence de presse ce mercredi matin pour présenter les nouvelles mesures de rentrée pour lutter contre le coronavirus © Radio France - Jordan Proisy

Une rentrée particulière pour les étudiants de l'université Paul-Valéry à Montpellier. Pour lutter contre la propagation du coronavirus, le président de la faculté, Patrick Gilli a présenté les dernières mesures lors d'une conférence de presse ce mercredi matin. En plus des habituels gels hydroalcooliques, masques, et sens de circulation à respecter, nouveau changement à partir de lundi 28 septembre. Un étudiant sur deux, en fonction du chiffre sur sa carte étudiante, pourra se rendre en amphithéâtre. L'objectif : limiter le flux trop important de personnes dans l'établissement.

À ce jour, 15 cas d'étudiants et un salarié ont été testés positifs, la direction a décidé d'agir au plus vite. Une semaine après qu'un cluster ait été décelé à la faculté de Médecine.

Lundi prochain, les élèves avec un chiffre impair sur leur carte auront le droit d'accéder aux cours en amphithéâtre. Les autres pourront suivre l'enseignement via une plateforme en ligne pour ne rien manquer de la formation. Et inversement la semaine d'après.

Pour les étudiants ne pouvant pas se doter d'un ordinateur adapté, l'université en a commandé 150 de plus pour pouvoir mettre à disposition environ 450 ordinateurs.  Un coût supplémentaire pour la faculté dont le budget atteint les 110 millions d'euros.

Ce fonctionnement durera, au moins, jusqu'à la fin du semestre. Le but est de désengorger la faculté pour limiter au maximum le risque de contamination et une trop grande proximité entre les personnes présentes dans les lieux.

Des exceptions seront toutefois accordées pour les préparations aux concours, ou encore les apprentis.

Des mesures sont déjà en place dans l'université, comme les gels hydroalcooliques, les masques, la distanciation sociale quand celle-ci est possible, ou encore un sens de circulation adapté
Des mesures sont déjà en place dans l'université, comme les gels hydroalcooliques, les masques, la distanciation sociale quand celle-ci est possible, ou encore un sens de circulation adapté - Marie Balazard

Plus d'étudiants Français, mais moins d'internationaux

En moyenne, la faculté de Paul-Valéry accueille 21.000 étudiants. Cette année, alors que la tendance aurait pu diminuer avec la crise sanitaire, il n'en est rien. Patrick Gilli annonce qu'au minimum 400 étudiants supplémentaires sont attendus.

Une augmentation réelle, mais qui ne concerne notamment que les élèves français. En effet concernant les internationaux, le Covid a diminué les arrivées. "Il y a des problèmes de visa, ils sont aussi moins certains de pouvoir suivre des cours, et ils sont inquiets par rapport à la situation actuelle" explique M.Gilli.

Autre décision forte, l'université à réduit le nombre de mobilité sortante, pour ce semestre au moins. Il n'y a pas eu de signatures de convention avec les facultés de plusieurs pays, empêchant de ce fait la sortie des élèves du territoire, malgré l'importance dans certaines filières d'un stage à l'étranger. 

Après la suspension des activités festives sur le campus, les restrictions continuent. Des choix forts mais nécessaires pour le président de l'université, qui fait confiance aux étudiants pour être responsable dans cette période difficile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess