Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Un hôtel de luxe dans la cour d'une école catholique à Toulouse

vendredi 3 novembre 2017 à 5:00 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Occitanie

Pour financer les travaux de mise aux normes de l'école Saint Stanislas de Toulouse, l'association propriétaire des murs envisage de vendre une partie de la cour d'école. Un promoteur immobilier veut y implanter un hôtel quatre étoiles. Parents et hôteliers sont vent debout contre le projet.

Les parents d'élèves de l'école Stanislas ont déposé une banderole à la place du futur projet d'hôtel
Les parents d'élèves de l'école Stanislas ont déposé une banderole à la place du futur projet d'hôtel - Claire-Marie Dagonet

Toulouse, France

Les parents d'élèves de l'école Saint Stanislas de Toulouse, dans le quartier des Carmes, n'ont pas l'intention de se laisser faire. Ils ont lancé une pétition pour empêcher la construction d'un hôtel de luxe dans la cour d'école de leurs enfants. Un effet, l'association Bellegarde, propriétaire des murs, envisage de céder une partie de son terrain pour financer des travaux de mise aux normes.

Pourquoi l'association veut céder une partie de son terrain ?

L'association Bellegarde qui regroupe huit diocèses de la région est propriétaire du bâtiment de l'école Saint Stanislas située 22 rue des Fleurs. Aujourd'hui, cette association est "dans le rouge" nous dit le diocèses de Toulouse. Or, d'importants travaux de sécurisation et de mise aux normes sont à réaliser dans l'école . En 2015 ces travaux "ont été estimés à 1.320.000€" explique le diocèse "à cela s'ajoute 840.000 € pour la construction du réfectoire, du préau, de WC dans la cour" ainsi que divers aménagements. Une enveloppe inenvisageable pour l'association.

L'association Bellegarde a d'abord envisagé de vendre le bâtiment entraînant ainsi la fermeture de l'école créée en 1929. "Un projet a été travaillé avec différents acteurs et en concertation avec la direction de l'Enseignement Catholique [...] Il prévoit la cession d'une partie de la cour d'école pour la construction d'un hôtel haut de gamme, sécurisé côté établissement" écrit dans un communiqué Monseigneur Robert Le Gall, président de l'association Bellegarde et Archevêque de Toulouse.

Pourquoi les parents sont inquiets ?

Pour les parents d'élèves ce projet est inconcevable. Ils ont lancé une pétition en ligne "Si ce projet venait à être approuvé par la Mairie, l'existence même de l'école Saint Stanislas se verrait remise en cause. Les travaux [...] seraient tout simplement incompatibles avec le maintien en activité de l'établissement [...] Nous demandons à Monsieur le Maire de bien vouloir protéger cette école et de ne pas accorder ce permis de construire".

Le tract des parents d'élèves de l'école Stanislas de Toulouse - Aucun(e)
Le tract des parents d'élèves de l'école Stanislas de Toulouse - Claire-Marie Dagonet

Le permis de construire est désormais entre les mains de la mairie de Toulouse, elle a cinq mois pour valider ou non le projet donc environ jusqu'à la fin du mois de janvier.

Pourquoi les hôteliers sont inquiets ?

Les hôteliers du centre-ville de Toulouse ne voient pas d'un très bon œil l'arrivée d'un nouvel hôtel. Frédéric Michel le président de la branche hôtellerie à l'UMIH 31 (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) juge le projet pas vraiment raisonnable "ce projet risque de tirer vers le bas les prix moyens". Situé sur le terrain d'une école, cet hôtel ne devrait en effet obtenir de Licence 4 pour servir de l'alcool à ses clients " déjà si vous enlevez la présence d'un bar c'est un service en moins donc le levier sur lequel vous pouvez jouer ce sont les prix, aujourd'hui Toulouse n'a vraiment pas besoin de baisser les prix" explique l'hôtelier.