Éducation

Un lit superposé en bois du camp de Beaune-la-Rolande a été retrouvé et présenté à Orléans

Par Eric Normand, France Bleu Orléans mardi 15 septembre 2015 à 18:59

Francine a dormi sur un châlit comme celui-ci
Francine a dormi sur un châlit comme celui-ci © Radio France - Stéphane Barbereau

Le Musée-Mémorial des enfants du Vel'd'Hiv' a restauré des couchettes du camp de Beaune-la-Rolande. Ce lit superposé en bois a été présenté officiellement ce mardi à Orléans. Francine Christophe a passé 3 ans dans ces camps, elle a dormi sur ces châlits pleins de puces, de punaises et de paille.

Plus de 70 ans après la fermeture des camps d'internement du Loiret, le Cercil (le Musée-Mémorial des enfants du Vel' d'Hiv') continue de reconstituer progressivement la mémoire de ces camps de Beaune-la- Rolande et Pithiviers. Le centre d'étude et de recherches sur les camps d'internement du Loiret a déjà installé en 2011 un fragment de baraque. On vient d'y ajouter un châlit, c'est un lit superposé où dormaient dans des conditions extrêmement précaires les 16 000 juifs, dont 4 500 enfants, qui ont transité par les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers pendant la guerre. Ce châlit a été donné par une habitante du Loiret. Son père agriculture l'avait acheté à la sortie de la guerre pour y faire sécher des légumes, il voulait oublier la mémoire de ce camp. Tout ce qui le composait avait été vendu aux enchères (des lits aux fils barbelés en passant par les baraquements).**

Francine Christophe** fait partie des 41 rescapés sur les 4 700 enfants qui ont transité dans les camps du Loiret. Elle avait 9 ans à l'époque. Elle raconte à 82 ans le souvenir de ces lits superposés, la boule au ventre.

Témoignage de Francine Christophe recueilli par Stéphane Barbereau

Le Cercil se trouve rue du Bourdon-Blanc à Orléans. Les châlits de Beaune sont désormais visibles du public.