Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des suicides qui inquiètent au lycée Jean-Moulin de Béziers

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Trois membres du personnel administratif du lycée Jean-Moulin de Béziers (Hérault) se sont suicidés en huit ans. Le dernier, cet été s'est pendu à quelques jours de la rentrée des classes. Les langues se délient pour dénoncer des méthodes de management perverses.

Entrée du Lycée Jean Moulin de Béziers
Entrée du Lycée Jean Moulin de Béziers © Maxppp - PIERRE SALIBA

Béziers, France

Les agents territoriaux du Lycée Jean-Moulin de Béziers, dans l’Hérault, se mobilisent pour dénoncer les méthodes de management dont ils se disent victimes. Un collectif s’est constitué pour médiatiser leur quotidien. Un rendez-vous dans un endroit discret et à l’abri des regards est donné à France Bleu Hérault. Pour respecter cet anonymat, nous ne mentionnerons pas l'identité des personnes interrogées.

En l’espace de huit ans, trois personnels, dont un proviseur adjoint, se sont donnés la mort, selon eux : "Nous avons aussi deux suspicions (des doutes sur deux décès qui seraient des suicides NDLR) . Il n’y a pas d’autre établissement en France ayant un tel nombre de suicides. C'est alarmant. Mais cela n'inquiète personne."

Cet été, un agent s’est donné la mort à son domicile au lycée

Quelques jours avant la rentrée scolaire, à la fin du mois d’août, le responsable des agents du lycée Jean-Moulin, s’est pendu dans le logement dont il bénéficiait au lycée. Officiellement, ce père de famille de 52 ans (trois enfants), ancien manager chez Carrefour, avait des soucis personnels. Mais pas uniquement, d’après eux. Ce nouveau suicide est à l'ordre du jour du prochain CHSCT le 6 novembre 2018. 

On nous a expliqué qu’il avait mis fin à ses jours pour raisons personnelles. Nous avons des éléments en notre possession, qui nous laissent penser qu’il vivait mal aussi son quotidien professionnel."

En 2014, le proviseur adjoint du lycée Jean-Moulin de Béziers avait mis fin lui aussi à ses jours durant le week-end de Pentecôte. Trois ans plutôt, une enseignante en mathématiques s'était immolée par le feu au milieu d'une cour pendant la récréation devant des centaines d'élèves. 

Le management de l'ensemble de la cité scolaire est pointé du doigt

Au-delà des mauvaises conditions de travail, que France Bleu Hérault a déjà évoqué récemment, le personnel non-enseignant pointe du doigt le proviseur de l’établissement (surnommé Casper en raison de ses nombreuses absences), mais aussi le gestionnaire (appelé auparavant intendant). 

"Ils ont mis en place un genre de surveillance, de délation permanente, pour mieux gérer "

Signe de ce malaise ambiant, le nombre d’arrêts maladie quotidiens est en moyenne de 30 % d’après leurs dires, voire 50 % comme par exemple en cuisine.

Le Proviseur de l'établissement rencontré ce vendredi dément les accusations portées.

Nous subissons des méthodes de management d’un autre temps." 

Les conditions de travail auraient vraiment empiré ces trois dernières années. "Nous sommes sans cesse épiés. Des remarques permanentes. L’ambiance est délétère." Cette souffrance-là serait perceptible dans tous les services, même chez certains cadres.

"Tous les services sont impactés"

L'établissement Jean-Moulin de Béziers est le troisième plus grand lycée de France avec 2.700 élèves. "Une petite ville" s’amuse à dire un agent. Mais aussi avec ses complications. Cet établissement compte 69 agents territoriaux et 5 à 6 contractuels.

La direction des Ressources humaines a été avertie, mais rien n’évolue. Nous avons aussi alerté la médecine du travail. Nous espérons que nous serons entendus. Nous n’en pouvons plus. C’est avec la boule au ventre que je vais au boulot. Mais je sais que je suis surveillé quotidiennement. Le proviseur et le gestionnaire ont de bons petits soldats qui nous épient et font tout remonter."

"La médecine du travail est alertée"

La région Occitanie réagit

De plus en plus d’enseignants se plaignent, d’après nos sources. Confirmation à France Bleu Hérault d'un représentant de syndicat d'enseignants dont nous tairons le nom.  

Nous avons fait part au rectorat de gros problèmes de communication. Cela a déjà été mentionné en CHSCT. Des collègues sont en souffrance au travail. Nous ne sommes pas au courant de ce qui se fait au lycée. Cela créée un certain malaise. On est bien conscient qu'il y a un lourd passif au lycée. Nous faisons en sorte de ne jamais laisser un collègue seul." 

"De nombreux arrêts maladie à cause de cette souffrance au travail"

"Trop de brimades au quotidien"

Le Conseil régional d’Occitanie, dont dépendent les agents territoriaux , assure ne pas avoir connaissance de ce malaise. "Il n’y a pas eu d’alerte précise dans cet établissement. Pas à notre connaissance, dixit Kamal Chibli, vice-président en charge de l’Éducation, de la Jeunesse et du Sport pour la région Occitanie. Mais si c'est le cas, comme vous me le signalez, nous allons missionner en urgence des équipes, demander des expertises. Depuis deux ans, nous avons entamé dans tous les lycées d'Occitanie une véritable discussion avec le personnel, des échanges réguliers pour qu'ils expriment leur mal-être."

"Je vais demander des expertises" précise Kamal Chibli, le vice président du Conseil Régional d'Occitanie

Du côté du Rectorat, la situation du lycée Jean Moulin, à Béziers, fait l'objet d'une attention particulière depuis 2011.  

La médecine de prévention, les assistantes sociales du personnel et le psychologue du travail des services académiques se sont déplacés au sein de l'établissement et restent particulièrement attentifs au suivi des situations individuelles. Ces instances ainsi que le service de prévention et de suivi du personnel sont mobilisables à la demande et se tiennent à la disposition des personnes en difficulté ou en souffrance."

Dans un communiqué envoyé à France Bleu Hérault, l'Education Nationale  ne réagit pas aux accusations portées ni aux nombreux suicides mentionnés, mais précise que "les organisations syndicales font remonter toute difficulté matérielle et humaine aux services académiques. Aux côtés du chef d'établissement actuel, en poste depuis  2015, les services académiques s’attellent à trouver des solutions à ces difficultés et soutiennent cet établissement par des moyens éducatifs et vie scolaire spécifiques".

Enfin ce jour, dans un communiqué, les élus représentants du personnel de la liste majoritaire « Ensemble » du lycée Jean-Moulin  disent ne pas se reconnaitre dans les difficultés rencontrées. Ces derniers se désolidarisent  complètement des propos tenus anonymement  et adresse leur  soutien aux personnes  publiquement visées fin de citation