Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Éducation

Une centaine d'enseignants devant le rectorat de Nice contre la réforme du bac

mercredi 13 mars 2019 à 18:51 Par Violaine Ill, France Bleu Azur

Des enseignants de plusieurs collèges et lycées azuréens se sont rassemblés ce mercredi devant le rectorat de Nice où se tenait un Comité technique paritaire sur les effectifs de la rentrée de septembre 2019.

Des enseignants rassemblés devant le rectorat de Nice
Des enseignants rassemblés devant le rectorat de Nice © Radio France - Violaine ILL France Bleu Azur

Alpes-Maritimes, France

Quelque 120 professeurs des collèges et lycées des Alpes-Maritimes se sont rassemblés tout l'après-midi devant le rectorat de Nice à l'occasion d'un comité de l'éducation nationales chargé de définir les conditions de la rentrée 2019. Ils étaient plus nombreux que lors des précédentes mobilisations. Une rentrée scolaire qui prendra en compte la réforme du nouveau bac qui doit entrer en vigueur en 2021. le nombre d'heures de cours et les programmes seront nettement modifiés.

Les enseignants du lycée Paul Augier de Nice redoutent par exemple la suppression de six postes en septembre qui mettraient "en danger les formations d'excellence en matière d'hôtellerie-restauration". Un secteur important dans ce département touristique.

D'autres professeurs du lycée Renoir de Cagnes-sur-Mer se sont mobilisés. "Nous ne sommes pas syndiqués affirment plusieurs d'entre eux...  pas contre le gouvernement mais nous ne comprenons pas cette façon de procéder à la mise en place d'une réforme sans tenir compte de nos avis. "Nous sommes déterminés et de plus en plus nombreux à mener la grève des notations et nous allons occuper le lycée durant la nuit de vendredi à samedi."