Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une centaine d’enseignants mobilisés à Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Nouvelle mobilisation des enseignants ce jeudi, un peu partout en France. A Reims, ils étaient une centaine rassemblés devant le rectorat, à l’appel de cinq syndicats, une nouvelle fois contre la réforme Blanquer.

Devant le rectorat de Reims
Devant le rectorat de Reims © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Champagne-Ardenne, France

La nouvelle journée d’action des enseignants contre la réforme Blanquer, ce jeudi, a peu mobilisé : au niveau national, 15% des enseignants du premier degré étaient en grève, un peu plus de 4% dans le second degré, d'après les chiffres  du ministère de l'Education nationale.                       

Mobilisation à l'appel de cinq syndicats  

A Reims, une centaine de personnes se sont rassemblées le matin devant le rectorat. A Charleville-Mézières, c'est en fin d'après-midi devant la direction départementale de l'éducation nationale.  

Plusieurs points du projet de loi "pour une école de la confiance", qui concerne le primaire, suscitent l'inquiétude de la communauté éducative. Elle s’inquiète notamment d’une nouvelle organisation visant à confier la direction des écoles aux principaux des collèges.   Les enseignants dénoncent aussi la baisse de moyens, en particuliers les suppressions de postes. 

Une centaine de personnes - Radio France
Une centaine de personnes © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Pour Agnès, professeur des écoles, « c’est à terme la disparition des écoles maternelles, alors que la maternelle en France est une des meilleurs en Europe ».     

Mathieu Motte, co secrétaire de SUD éducation  en Champagne- Ardenne, estime aussi que c'est l'enseignement privé qui va bénéficier de cette politique : « ce qu’on nous prévoit, c’est la privatisation de l’école publique, avec de plus en plus de cadeaux faits au privé. Il va y avoir une école à deux vitesses, avec une école pour les riches, et une école pour les pauvres ».