Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une centaine d'étudiants manifestent à Amiens pour demander la reprise des cours à la fac

-
Par , France Bleu Picardie

Les étudiants ont battu le pavé pour la réouverture des universités. Ils veulent alerter sur l'isolement, la précarisation et les mauvaises conditions de travail à distance engendrés par la crise sanitaire.

Le cortège est parti du quartier St-Leu en début d'après-midi
Le cortège est parti du quartier St-Leu en début d'après-midi © Radio France - Claudia Calmel

Des étudiants qui manifestent pour pouvoir retourner en cours. Une centaine de jeunes se sont rassemblés, mercredi 20 janvier, à Amiens. Ils ont défilé entre Crous (quartier Saint Leu) et le rectorat. Des manifestations similaires ont été organisées un peu partout en France pour alerter sur l'isolement et la précarisation grandissante des étudiants à cause de la crise sanitaire. Une  journée de mobilisation organisée par le syndicat étudiant Unef et par d'autres organisations politiques et syndicales (FSE, CNT, FSU, FI 80, UNL 80, MJCF 60, Picardie Debout, PCF, La boîte sans projet, EELV Jeunes, Jeunes génération.s amiens, CGT).

"On a le sentiment d'être abandonnés"

Depuis plusleurs mois, les étudiants sont privés de cours en "présentiel", contrairement aux élèves des collèges, des lycées, des classes préparatoires ou des BTS qui continue à se rendre dans les locaux de leurs établissements. La semaine dernière, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les étudiants de première année pourraient reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier. 

Mais la mesure est insuffisante pour Nathan Petit. Il est étudiant en 3ème année de sciences politiques à l'Université de Picardie Jules Verne et coordinateur des jeunes du mouvement "Génération.s" à Amiens : "Il faut imaginer ce que c'est que d'être confiné pendant plusieurs mois dans une chambre étudiante du Crous, loin de sa famille et loin de ses amis. Les cours à distance sont très difficiles à suivre. Et passer toutes ses journées sur un ordinateur, ça joue sur le moral. On protège les étudiants du Covid, mais on ne les protège pas de la dépression ou des tentatives de suicide. C'est très grave. On a vraiment le sentiment d'être abandonnés par le gouvernement. Ils doivent penser que comme on est jeunes, on va s'en remettre. Pourquoi est-ce que les collégiens et les lycéens peuvent continuer d'aller en cours et pas nous ? Je pense que _nous,on n'a pas d'impact sur l'économie_. On n'empêche pas nos parents d'aller travailler. Nous, ça n'embête personne qu'on reste confinés : ça n'embête que nous."

Nathan Petit, étudiant en 3ème année de sciences politiques et coordinateur des jeunes du mouvement "Générations" à Amiens
Nathan Petit, étudiant en 3ème année de sciences politiques et coordinateur des jeunes du mouvement "Générations" à Amiens © Radio France - Claudia Calmel

Ecoutez le témoignage de Nathan Petit :

Nathan Petit demande aux pouvoirs publics de se saisir du dossier

L'Unef réclame un plan d'urgence 

Le gouvernement a exprimé sa "préoccupation" face au "profond sentiment d'isolement" des étudiants et annoncé un renfort de psychologues et d'assistants sociaux. Un chèque de soutien psychologique, qui consiste à financer des consultations chez un psychologue de ville pour les étudiants en difficulté, devrait aussi voir le jour. 

Des annonces insuffisantes aux yeux des syndicats : l'Unef a chiffré son "plan d'urgence" pour les étudiants à 1,5 milliard d'euros et réclame notamment une hausse immédiate des bourses et des aides au logement.

Le président Emmanuel Macron se rendra ce jeudi à l'université de Paris Saclay. En marge d'une visite sur le thème de la recherche en physique quantique, il doit rencontrer des étudiants et pourrait annoncer de nouvelles mesures d'accompagnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess