Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une centaine de communes d'Indre-et-Loire intéressées par un retour à la semaine de quatre jours dans les écoles

-
Par , France Bleu Touraine
Indre-et-Loire, France

Les enfants de plusieurs communes du département pourraient bien ne plus aller à l'école le mercredi à partir de septembre. Une centaine d'entre elles sont intéressées par l'idée de supprimer l'école le mercredi, ce qui permettrait de faire des économies sur les temps d'activités périscolaires.

Les enfants de plusieurs communes du département pourraient bien ne plus aller à l'école le mercredi à partir de septembre
Les enfants de plusieurs communes du département pourraient bien ne plus aller à l'école le mercredi à partir de septembre © Maxppp - Frédéric Dugit

Le retour à la semaine d'école de 4 jours est désormais une possibilité en maternelle et primaire pour les communes, le ministère de l'éducation laisse la liberté à chacune d'entre elles de choisir, à condition de respecter certains critères. En Indre-et-Loire une centaine de communes seraient intéressées, notamment dans l'idée de faire des économies. En effet supprimer l'école le mercredi permettrait de rallonger les journées de classe, donc du supprimer les temps d'activités périscolaires qui coûtent cher aux communes. Un exemple : à Pérusson, la facture oscille entre 15.000 et 20.000 euros sur les trois dernières années.

Plusieurs critères à respecter

Mais se déclarer intéressé ne suffit pas. Dans certaines communes où un ramassage scolaire est mis en place et les contrats sont bouclés, il est donc trop tard pour faire marche arrière. Il faut aussi que le conseil d'école et la mairie tombent d'accord. Le rectorat assure qu'une quinzaine de demandes ont été validées pour le moment, il y en aura très certainement d'autres dans les jours qui viennent. Notez que Tours ne fait pas partie des villes intéressées par un retour à la semaine de quatre jours..

  • école
Choix de la station

À venir dansDanssecondess