Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une centaine de parents devant le rectorat de Strasbourg contre le non-remplacement des enseignants

mercredi 11 avril 2018 à 18:07 Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Une centaine de parents s'est réunie mercredi devant le rectorat de Strasbourg. Ils dénoncent des non-remplacements de professeurs toujours plus fréquents. Le problème touche les maternelles, primaires et collèges.

Des parents devant le rectorat de Strasbourg
Des parents devant le rectorat de Strasbourg © Radio France - Maxime Nauche

Bas-Rhin, France

Des parents d'une quinzaine d'écoles de l'Eurométropole étaient devant le rectorat de Strasbourg mercredi. Leurs enfants sont en maternelle, primaire ou au collège. Tous dénoncent un manque criant de remplaçants lorsque les professeurs sont absents.  

Des parents devant le rectorat  - Radio France
Des parents devant le rectorat © Radio France - Maxime Nauche

Moins de remplaçants, plus d'élèves par classe

"Des enseignants pour nos enfants". C'est le nom du collectif créé par plusieurs parents d'élèves. Charlotte en fait partie. Elle a deux enfants en maternelle à Strasbourg. L'un d'entre eux n'a pas eu d'institutrice tout le mois de janvier : "Du coup les enfants doivent rester chez eux ou être dispatchés dans les autres classes." Ce qui surcharge automatiquement les effectifs. 

D'autres pointent du doigt la décision du gouvernement de dédoubler les classes de CP dans certaines écoles. "C'était une bonne idée," concède Emmanuel, "mais du coup on n'a plus assez d'instituteurs." Par exemple, depuis début 2018 dans le Bas-Rhin, il y a plus de deux fois plus de besoins de remplacements que de professeurs disponibles.

La galère pour faire garder ses enfants

Les parents doivent s'organiser en cas de non-remplacement longue durée. A Mittelhausbergen, par exemple, Pierre garde son petit-fils depuis deux mois et demi. Mais il reconnait que ce n'est pas une solution viable : "L'éducation nationale ne peut pas s'appuyer sur les grands-parents pour remplacer les instituteurs !" Pour Pierre, c'est aussi difficile de faire comprendre à son petit-fils de trois ans pourquoi il ne va pas à l'école. 

Des parents devant le rectorat de Strasbourg - Radio France
Des parents devant le rectorat de Strasbourg © Radio France - Maxime Nauche

Avec tous ces non-remplacements, certains parents s'inquiètent pour leurs enfants comme, par exemple, Laetitia dont la fille est en CE1 : "Nos enfants vont accumuler des lacunes alors que c'est à cet âge-là qu'ils apprennent toutes les bases." D'ailleurs, la fille de Laetitia est censée être en classe bilingue mais elle est restée plus de deux mois sans cours d'allemand. 

Des parents reçus au rectorat

Le directrice de cabinet de la rectrice a reçu une délégation de parents. Le rectorat a rappelé qu'il avait créé 43 postes de remplaçants ces trois dernières années. Or, pour le collectif "Des enseignants pour nos enfants," la situation actuelle prouve qu'il faut faire plus. 

Le rectorat met en avant le chiffre de deux jours par an non-remplacés pour chaque classe. Ce qui est peu. Mais cela est une moyenne et les situations sont très différentes d'une classe à l'autre.