Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Savoie : une école fermée à Ugine, les parents résistent

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Une école de moins en Savoie ! L'école du Crest-Cherel ouverte en 1926 va fermer à Ugine, près d'Albertville. Pour sauver des postes d'enseignants dans la commune, selon le maire. Les parents sont en colère.

Des parents mobilisés
Des parents mobilisés - DR

Une école quasi centenaire est fermée en pleine pandémie de Covid-19 ! La sentence est dénoncée par les parents de 92 petits Savoyards scolarisés dans l’école du Crest-Cherel à Ugine, près d’Albertville. Le maire en concertation avec l’inspection d’académie et l’équipe enseignante a décidé de fermer l'école de quartier à la fin de l’année scolaire. Les 92 écoliers seront regroupés dans l’école Pringolliet qui compte déjà 214 élèves. La décision annoncée à la mi-janvier a été votée, un mois plus tard, ce lundi soir en conseil municipal, trois votes contre et une abstention.

L'école ne fêtera pas son centenaire
L'école ne fêtera pas son centenaire - DR

En pleine pandémie !

Depuis 1926, la petite école et ses quatre classes font battre le cœur du quartier. Les parents d’élèves se mobilisent. Ils ont organisé une procession de l’école à la mairie juste avant le vote du conseil ce lundi et le couvre-feu (ils étaient 120 environ dans le cortège). Leur pétition a recueilli 1700 signatures en 15 jours (400 sur internet et 1300 sur papier). 

La procession avant le couvre-feu
La procession avant le couvre-feu - DR

Nanou Legat y a scolarisé son petit garçon pendant huit ans - il est actuellement en CM2. "Je suis Bretonne, et quand on s'est installés, on a découvert l'âme de cette école. Les fêtes des écoles ont animé le quartier depuis toujours. On s'y retrouve avec les parents et les enfants. C'est la vie de quartier, cette âme qui va disparaître et personne ne nous entend ! " La mère d'élève, déléguée des parents, juge le contexte sanitaire révoltant. "Si les parents avaient été associés, si on avait décalé d'un an, le temps qu'on sorte de la pandémie, mais là on va concentrer les élèves ! Cela nous révolte. Nous sommes en colère". 

Nanou Legat, l'une des cinq représentants des parents, rappelle l'engagement du chef de l'Etat. "Emmanuel Macron avait promis qu'il n'y aurait aucune fermeture d'école rurale durant son quinquennat, sauf décision du maire. Et, c'est ce qui se passe à Ugine."

Le message est clair
Le message est clair - DR

Sauver des postes

Pour le maire et premier vice-président du conseil départemental de Savoie, Frank Lombard, il s'agit de sauver deux postes d'enseignants qui seraient supprimés sur Ugine, car les classes n'ont pas assez d'effectifs actuellement sur l'ensemble de la commune. "On est en-dessous de la moyenne départementale. Il faut être responsables. Ce n'est pas de gaité de cœur que l'on ferme une école. Le regroupement nous permet de sauver deux postes d'enseignants. Et la directrice aura du temps d'accueil pour les parents. Certains me parlent de l'école de 1900. Nous sommes en 2021 avec des effectifs qui baissent. Et on sait déjà ce qui va se passer dans les trois prochaines années. Quant aux mesures sanitaires, contre le Covid, bien sûr que nous y pensons et elles sont déjà appliquées dans des établissements de taille comparable". 

Pas l'usine à Ugine !

Adieu donc, la petite école de quartier. Les parents décrivent une future grosse école aux allures d'usine selon eux. Un argument balayé par Franck Lombard :"Faites le tour de la Savoie et vous verrez qu'il y a des établissement de 300 élèves et ce n'est pas une usine". Le maire enfonce le clou : "Les deux établissements sont distants de 100 mètres à vol d'oiseau. Alors, hein, il ne faut pas exagérer." Pour Nanou Legat, "on nous dit : "Les enfants n'ont qu'à s'adapter". Mais ils se sont déjà adaptés. Un premier confinement et l'école à la maison. Puis, un retour avec le masque obligatoire. Et là, on leur dit : "Mes cocos, vous allez changer d'école à la fin de l'année". C'est choquant."

  • Savoie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess