Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une école primaire de Laval teste les classes flexibles

mardi 5 décembre 2017 à 18:37 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Bouger plus pour apprendre mieux. C'est le concept de classe flexible, testé en ce moment à l'école primaire Marcel Pagnol à Laval, dans deux classes (CE2-CM1 et CM1-CM2). L'objectif est d'améliorer la concentration des élèves et leurs résultats scolaires.

Pour casser la routine et ne pas se fatiguer trop vite, les élèves peuvent travailler sur un pouf ou un ballon
Pour casser la routine et ne pas se fatiguer trop vite, les élèves peuvent travailler sur un pouf ou un ballon © Radio France - Martin Cotta

Laval, France

L'école primaire Marcel Pagnol à Laval teste le concept de la classe "flexible". Fini l'apprentissage systématique derrière un bureau assis sur une chaise. L'élève peut désormais bouger dans la journée, occuper tout l'espace dans sa classe et changer de voisin. D'après le corps enseignant, cette méthode favoriserait l'entraide et la concentration des enfants car la routine est cassée.

Le concept prend sa source aux États-Unis et au Québec et à Laval, les élèves de CE2, CM1 et CM2 l'ont adopté avec aisance. Dans la classe de Myriam Antoni, ses élèves sont assis sur des poufs ou encore sur des ballons. "Il a été prouvé que le cerveau apprenait mieux grâce à des activités physiques ou des mouvements physiques" explique la maîtresse. "Ils n'ont pas de tables attitrées, ni de casiers sous leurs tables. Ils sont donc obligés de se déplacer pour aller chercher leurs affaires. Cela peut leur permettre ensuite de se concentrer à nouveau sur leur travail" termine la directrice de l'école.

Myriam Antoni est une des institutrices appliquant la méthode de la classe flexible  - Radio France
Myriam Antoni est une des institutrices appliquant la méthode de la classe flexible © Radio France - Martin Cotta

La dictée allongé sur un tapis

Ainsi, l'enfant développe son autonomie. Lucas et Sacha adhèrent largement au concept. "Ca me stresse moins et je travaille mieux que dans une classe ordinaire" explique le premier. "Là on écris sur des poufs, avec un support [en dessous de la feuille, ndlr]" déclare le second. Pendant la dictée certains élèves sont carrément allongés sur un tapis. "Mais pour la dictée vous pouvez aussi vous mettre sur un bureau pour être à l'aise. Et pour les Arts plastiques, nous pouvons nous mettre ailleurs" selon Gaspard, élève de CM2.

Les élèves lavallois adorent et progressent

Beaucoup d'enfants expliquent avoir progressé en grammaire ou en mathématiques, parce qu'ils changent de place plusieurs fois de place dans une journée. Hayden aime cette liberté. "Tu peux créer ta propre place. Par exemple, tu peux prendre une chaise pour poser tes affaires, puis une autre pour t'asseoir. Du coup tu es plus attentif après je pense, car c'est toi qui a choisi l'endroit où tu t'es posé" analyse le garçon. L'inspection académique laisse aux deux institutrices de l'école cette liberté d'apprentissage. L'ambiance de classe pour Myriam Antoni a un peu changé.

"Il faut accepter qu'il y ait plus de bruits dans la classe, mais c'est efficace. On ne peut plus, avec les élèves d'aujourd'hui, avoir une classe comme il y a 50 ans" - Myriam Antoni institutrice et directrice de l'école

Le concept sera expérimenté jusqu'à la fin de l'année dans l'école Marcel Pagnol de Laval avant pourquoi pas d'être pérennisé. Sophie Deroo est l'enseignante qui a eu l'idée de ce test dans l'école en début d'année.

"Je trouvais que les élèves en fin de journée n'étaient plus trop attentifs"

Les enfants ont la liberté de choisir leur façon de travailler dans la classe - Radio France
Les enfants ont la liberté de choisir leur façon de travailler dans la classe © Radio France - Martin Cotta