Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Éducation

Une lycéenne bayonnaise va plaider devant 3 000 personnes

vendredi 25 janvier 2019 à 5:34 Par Valérie Menut, France Bleu Pays Basque

Madeleine Prunel, 18 ans, participe ce 25 janvier à la finale nationale du 22ème concours de plaidoiries des lycéens sur les Droits de l'Homme. Un concours organisé par le Mémorial de Caen. Lycéenne à Villa-Pia à Bayonne, elle a choisi de plaider la cause des ouvriers du textile au Bangladesh.

Madeleine Prunel est parmi les 14 jeunes qui participent ce 25 janvier à la finale nationale du concours de plaidoiries des lycéens, à Caen
Madeleine Prunel est parmi les 14 jeunes qui participent ce 25 janvier à la finale nationale du concours de plaidoiries des lycéens, à Caen © Radio France - Valérie Menut

Bayonne, France

C'est sa plaidoirie qui ouvrira le concours ce vendredi matin au Mémorial de Caen (elle devrait se présenter devant le jury à 10h30). Madeleine Prunel, élève au lycée Saint-Louis-Villa-Pia de Bayonne, a choisi de défendre la cause des ouvriers du textile au Bangladesh, "qui ont des conditions de travail pas acceptables" s'indigne la jeune femme. 

Tout est parti d'une initiative personnelle, "après avoir visionné des vidéos des concours précédents" explique-t-elle. Et elle s'est dit "pourquoi pas moi ! Parce que je trouve ça génial qu'on puisse donner la parole à des jeunes sur des sujets aussi importants".

Madeleine Prunel s'est donc attachée à défendre la cause d'ouvriers dont elle ne connaissait pas l'existence jusqu'à ce que le sujet l'interpelle sur les réseaux sociaux, "avec dans le même temps, ces nombreuses initiatives en France pour développer une mode plus éthique. Tout cela m'intéressait vraiment. Et en me documentant, j'ai découvert à quel point c'est un problème qui touche des millions de personnes pas seulement en Asie d'ailleurs, mais aussi en Europe".

La naissance d'une vocation, et peut-être une visite de l'ONU

La lycéenne bayonnaise, élève en Terminale Scientifique se plonge alors dans les textes de loi, la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, "pour m'appuyer au niveau juridique", des articles de presse, des rapports de l'ONU, d'ONG, d'associations. Elle travaille aussi sa diction, "pour que mes phrases soient touchantes. Ce n'est pas évident de bien doser l'émotion" admet-elle. Des heures de travail pour préparer sa plaidoirie, qui au final dure environ 8 minutes. Une plaidoirie intitulée "Prêt-à-porter : 100% cache-misère", qui lui permet de remporter la finale régionale en décembre dernier devant 9 autres candidats et de se retrouver ce vendredi à Caen en finale nationale du concours de plaidoiries des lycéens, avec 13 autres prétendants.

Ce vendredi, il s'agira de plaider devant 3 000 personnes. Le lauréat du prix du Mémorial de Caen gagnera un séjour à New York, avec une visite au siège de l'ONU. Un prix auquel Madeleine Prunel avoue ne pas trop penser, "je n'y vais pas en me disant que c'est un concours, avec ce prix-là, mais que c'est surtout une belle expérience, de découverte du monde et de soi". A tel point que cette jeune femme qui envisageait des études de médecine après son Bac scientifique, pense désormais de plus en plus sérieusement à poursuivre des études de droits pour devenir avocate. 

REPORTAGE / Une lycéenne bayonnaise va peut-être s'envoler pour New York grâce à sa plaidoirie.