Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une permanence à Rennes pour lutter contre le harcèlement scolaire

mercredi 14 février 2018 à 10:12 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

L'UDAF 35, l'Union Départementale des Associations Familiales d'Ille-et-Vilaine lance une permanence pour lutter contre le harcèlement scolaire, qui toucherait 10% des élèves. Elle a lieu tous les mercredis à Rennes.

10% des élèves seraient concernés par le harcèlement
10% des élèves seraient concernés par le harcèlement © Maxppp - Lionel Vadam

Rennes, Ille-et-Vilaine, Bretagne, France

Enfants, parents, témoins, harceleurs

L'UDAF 35 avait déjà fait le constat de situations de harcèlement lors d'entretiens avec des parents ou des enfants, voire dans des classes. L'Union Départementale des Associations Familiales d'Ille-et-Vilaine lance maintenant une permanence tous les mercredis. Une psychologue y accueille gratuitement et en toute confidentialité, comme l'explique Marine Boudier, elle-même psychologue et coordinatrice du service "Questions de Parents" à l'UDAF 35.

Autour de 10% d'élèves victimes

Le harcèlement, selon Marine Boudier, correspond à des faits de violences répétitifs, qui peuvent être verbales, physiques ou psychologiques, perpétrés par un ou plusieurs élèves. Selon les rares études faites en la matière, il concernerait environ 10% des élèves. Si cette nouvelle permanence s'adresse d'abord aux enfants victimes de harcèlement et à leurs parents, elle concerne aussi d'éventuels témoins, et des jeunes qui peuvent être auteurs de violences, car ils présentent "des difficultés et ont besoin d'être écoutés".

Manque de moyens

Selon Marine Boudier, il y a une volonté de l'Éducation Nationale en Ille-et-Vilaine de parler du sujet, et de former les enseignants, mais "avec des moyens qui sont limités" et qui ne "permettent pas de couvrir un très grand nombre d'établissements". L'idée serait aussi de "former des jeunes pour qu'ils puissent intervenir en début de situation de harcèlement".

Permanence confidentielle et gratuite sur rendez-vous tous les mercredis.