Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une pétition contre l'ouverture d'une école de la Fondation Espérance Banlieues à Reims

mercredi 14 février 2018 à 15:20 Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne

Le syndicat enseignant SE-UNSA lance une pétition en ligne contre l'implantation prévue à la rentrée prochaine d'une école "Espérance Banlieues" dans des locaux loués par la ville de Reims.

Espérance Banlieues installera son école privée dans des locaux vides à côté de l'école primaire Barthou à Reims
Espérance Banlieues installera son école privée dans des locaux vides à côté de l'école primaire Barthou à Reims © Maxppp - Lionel Vadam

Reims, France

Il s'agit pour les enseignants qui ont déjà signé la pétition de montrer leur inquiétude après l'annonce de l'installation prochaine de cette école hors contrat. La douzième école de la Fondation Espérance Banlieues qui va s'installer dans des locaux vides qui jouxte l' école publique Barthou. Si les porteurs du projets entendent  notamment prévenir le décrochage scolaire , les pétitionnaires  s'inquiètent, quant à eux, des méthodes  et de la qualité de l' enseignement, du recrutement des encadrants et des faiblesses pédagogiques déjà relevées dans les autres écoles de la Fondation.

Aline Geeraerts, secrétaire départementale de l' UNSA au micro France Bleu  estime par ailleurs que les porteurs du projet avancent masqués en n'évoquant pas la proximité de la Fondation Espérance Banlieues avec les milieux catholiques traditionalistes.  Les enseignants y voient un danger pour la laïcité et demande le retrait du projet d'installation.

De son côté, le maire de Reims Arnaud Robinet, rappelle "qu'en tant que maire il n' a pas la possibilité d'interdire l'installation d'une école hors contrat". Il précise que "Reims ne donnera pas un euro à cette association qui signe un bail commercial avec la ville" pour un montant annuel estimé à 30 000 euros. pour une surface de 1000 m2 et dix classes.