Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une pétition lancée contre les programmes d'histoire-géographie, jugés trop lourds

jeudi 12 novembre 2015 à 6:00 Par Noémie Bonnin, France Bleu Gironde

Cinq syndicats d'enseignants ont lancé une pétition pour réclamer un allègement du programme d'histoire-géographie de Terminale scientifique. Selon les profs, il est tout simplement infaisable.

Les professeurs dénoncent un programme beaucoup trop lourd.
Les professeurs dénoncent un programme beaucoup trop lourd. © Radio France - Noémie Bonnin

Bordeaux, France

Les cours d'histoire géo ont décidément la vie dure : après avoir été supprimés de l'année de Terminale scientifique, ils ont été réhabilités, à la rentrée 2014. Mais les professeurs sont inquiets : vu la masse de chapitres et de contenus, le programme est impossible à boucler à temps. Avec le bac à la fin de l'année, ça pose évidemment problème. "Moi j'ai choisi de distribuer beaucoup de photocopies, pour garder du temps en classe avec les élèves, pour discuter, échanger sur les cours, qui sont quand même touffus" explique Alain Charlier, enseignant au lycée Magendie, à Bordeaux. "Mais ce n'est pas satisfaisant : ça va pour les élèves qui savent travailler seuls, mais pour les autres, c'est galère" avoue le professeur, "ça favorise l'échec scolaire." Il n'y a pas beaucoup de possibilités, en fait. En Terminale scientifique, les élèves n'ont que deux ou trois heures d'histoire géographie par semaine. "Comment enseigner en quelques heures seulement des leçons compliquées comme les grandes puissances mondiales (Etats-Unis et Chine), ou par exemple les conflits au Moyen-Orient ?" se demande Alain. C'est pour ça que l'enseignant a signé la pétition). 

Les cours vont très vite

— Emma, lycéenne

Aucun(e)

Certains profs préfèrent du coup faire du bachotage. "Les cours vont très vite" raconte Emma, en terminale scientifique au lycée Mauriac à Bordeaux. "J'aime bien notre prof, il est intéressant mais on sent qu'il ne peut pas tout nous dire, qu'il est pressé. S'il y a trop de questions des élèves, après il y met fin pour continuer sa leçon." Impossible du coup, aussi, de faire des "à-cotés", qui permettent pourtant de mieux comprendre certaines périodes ou thèmes compliqués. "Parfois notre prof nous dit, allez voir tel film, c'est bien pour ce sujet. Mais une fois chez nous, c'est difficile de se motiver pour le trouver, et le regarder..." se désole la jeune fille. "_Le programme ? Je suis sûre qu'on n'aura pas le temps de le boucler. Tant pis."