Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Éducation

Une plateforme téléphonique pour lutter contre le décrochage scolaire en Ile-de-France

mardi 28 août 2018 à 19:00 Par Maureen Suignard, France Bleu Paris et France Bleu

A quelques jours de la rentrée 2018, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, a présenté les priorités pour les lycées. L'une d'entre elles est la création d'une plateforme téléphonique pour contacter les décrocheurs et les orienter.

Valérie Pécresse annonce que plus de 7 000 places sont en chantier pour limiter le sureffectif dans les lycées franciliens
Valérie Pécresse annonce que plus de 7 000 places sont en chantier pour limiter le sureffectif dans les lycées franciliens © Radio France - Mauren Suignard

Alors que de nombreux lycéens s'apprêtent à reprendre le chemin des classes, la région Ile-de-France a présenté ce mardi matin ses priorités pour les lycées de la région. Parmi elles, la lutte contre le décrochage scolaire. Aujourd'hui, il serait environ 20.000 jeunes "décrocheurs" dans la région. 

Depuis quelques mois, après le feu vert du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, le conseil régional peut accéder à un fichier recensant les décrocheurs et a confié à une entreprise la mission de les contacter par téléphone afin de leur proposer une formation. L'idée est "de les guider vers les structures d’accueil existantes qui sont à moitié vide" précise Valérie Pécresse. D'ici à 2022, le but est de contacter la totalité des décrocheurs et d'inscrire la moitié dans une structure de réinsertion.

La poursuite d'un "plan d'urgence"

La région va également poursuivre les nombreux chantiers en cours, ce qu'elle appelle son "plan d'urgence" voté en mars 2017. Cinq milliard d'euros sont mobilisés sur 10 ans (période 2017-2027) pour rénover les lycées existants et aussi créer 20.000 places supplémentaires d'ici à 2030. Pour le moment 7.000 places sont en chantier, "soit le tiers de notre objectif" se félicite la présidente de région.  

Dans quelques jours un lycée international, où l'enseignement se fait en plusieurs langues, sera également inauguré à Courbevoie, c'est à dire tout près de la défense où de nombreux cadres pourraient s'installer à la suite du Brexit. La création de deux autres lycées de ce type est prévue dans les années qui viennent : à Palaiseau et Vincennes. 

Il est également prévu d'augmenter de 50 à 90 le nombre de sections internationales dans les lycées, pour atteindre 20.000 places en 2021.

Du changement aussi du côté de la restauration, la région indique privilégier davantage les produits bio et locaux. Un engagement de la majorité précédente poursuivi par les élus actuels. Cette année ces produits seront intégrés dans 100 lycées contre 83 en 2017. Le but serait que ce soit le cas dans l'intégralité des lycées en 2024.