Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Réaliser une réplique de Porsche 904 en 54 jours : le défi (réussi) des élèves de l'école Sbarro à Montbéliard

lundi 4 mars 2019 à 6:01 - Mis à jour le lundi 4 mars 2019 à 18:15 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

Une réplique de Porsche 904 construite dans les ateliers de l'école Esperra Sbarro de Montbéliard s'est installée au salon international de l'automobile de Genève. Les 24 élèves de cette école, unique en France, ont contribué à imaginer et façonner ce prototype "néo rétro", de A à Z.

Élèves et formateurs, réunis autour de leur Porsche 904 entièrement façonnée à la main.
Élèves et formateurs, réunis autour de leur Porsche 904 entièrement façonnée à la main. © Radio France - Christophe Beck

Montbéliard

Ils n'ont pas la prétention d'être les vedettes du salon international de l'automobile de Genève qui ouvre mardi 5 mars pour les journées presse et jeudi pour le grand public, mais ils rêvent d'en être une attraction phare, avec un véhicule hors du commun.

Les 24 élèves de l'école de prototype Espera Sbarro de l'Université de Technologie de Belfort Montbéliard ont rempli leur contrat. En 54 jours, ils ont créé de toutes pièces une réplique de Porsche 904, à partir d'un moteur de Subaru.  

Seul le moteur était fourni. Tout le reste, le châssis, la carrosserie et les autres éléments, a été conçu, moulé, fabriqué et assemblé par les étudiants. Douze élèves se sont occupés de la carrosserie, douze autres du châssis. 

Une formation de "prototypiste"

En onze mois de formation, les élèves fabriquent deux prototypes. Cette Porsche est le premier de l'année. Le budget est de 45.000€. La voiture est partie pour Genève vendredi après-midi où elle est présentée au public du salon international. Un deuxième prototype sera fabriqué pour le mois de juin. 

Seul, le moteur était fourni. Tout le reste a été conçu et façonné dans les ateliers de l'école.  - Radio France
Seul, le moteur était fourni. Tout le reste a été conçu et façonné dans les ateliers de l'école. © Radio France - Christophe Beck

"Un travail de fourmi qui aboutit à la conception d'une voiture", Yohan, formateur.

"Ce qui est impressionnant, c'est de voir ce qu'on est capable de réaliser de manière artisanale, à la main, avec des outils manuels. Il n'y pas de numérique", explique Jérémy, un élève originaire de Toulouse où il travaillait dans l'aéronautique. "C'est toute une organisation", ajoute Yohan Gueguen, formateur,"des petites fourmis travaillent sur plein de petites pièces qui, au final, s'assemblent pour former une voiture. Ce qu'il y a de plus compliqué à gérer, ce sont les délais"

Le principe de l'école Sbarro : l'immersion dans la matière

La pédagogie de l'école Esperra Sbarro est basée sur l'"immersion dans la matière" explique Noël Nasica, directeur de l'établissement, "Quand les gens arrivent ici, ils passent un mois en salle de classe, pour une mise à niveau. Et ensuite, c'est de l'atelier pendant dix mois. ""Ce n'est pas une formation de design, c'est une formation de prototypiste." revendique également le directeur.

Les élèves sont, pour une part, des personnes en reconversion professionnelle, comme Cédric Gilles, 41 ans, d'Avignon, ancien directeur commercial dans le vélo en Allemagne : "J'ai eu envie de me reconvertir vers ma passion de toujours pour l'automobile et les voitures de courses. Concevoir une auto comme celle-la et aller la monter à Genève est un pur bonheur".

Touche finale : les autocollants sur le capot arrière. - Radio France
Touche finale : les autocollants sur le capot arrière. © Radio France - Christophe Beck