Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une rentrée anticipée "quasi-normale" à l'École Houtaud

-
Par , France Bleu Besançon

Ce mardi 25 août, les maternelles et primaires d'Houtaud ont repris le chemin de l'école. Cette rentrée anticipée s'est déroulée selon le même protocole sanitaire qu'avant les vacances d'été, en attendant les annonces du ministre de l'éducation. Une rentrée ordinaire, à quelques exceptions près.

Les parents des élèves de primaire assistent à l'appel depuis les grilles de l'École d'Houtaud.
Les parents des élèves de primaire assistent à l'appel depuis les grilles de l'École d'Houtaud. © Radio France - Amaëlle Brignoli

La scène a la saveur d'une madeleine de Proust. Les enfants sont tassés à l'entrée du portail, impatients de retrouver les copains et de se réapproprier la cour de récré. Les parents, un poil angoissés, se tiennent plus ou moins loin de l'entrée, la distance étant généralement proportionnelle à l'âge du chérubin. C'est la rentrée, à l'École d'Houtaud. 

Pour la troisième année consécutive, les petits Hostasiens sont les premiers à retrouver les bancs de l'école dans le Doubs. Une rentrée anticipée qui découle de la réforme des rythmes scolaires de 2018, et qui permet un retour à la semaine de quatre jours, pour faciliter l'apprentissage des élèves. Et pour compenser, ceux-ci retournent à l'école une semaine plus tôt, et disposent d'horaires allongées.

L'accueil des élèves bouleversé

La nouveauté cette année, c'est le contexte de crise sanitaire dans lequel cette rentrée scolaire se déroule. Justement, l'accueil des enfants a été adapté en fonction des mesures sanitaires. Les parents des maternelles peuvent pénétrer dans l'enceinte de l'établissement pour accompagner leurs enfants, mais à condition de porter un masque

"C'est un peu frustrant cette année", confie Clémence. Si la mère de Maëlie, qui fait sa rentrée en petite section, salue la mesure, elle regrette que les embrassades en soient contrariées. "Surtout que la mienne a pleuré, donc j'ai un peu enlevé mon masque pour l'embrasser", reprend-t-elle. 

Et pire encore pour les parents des primaires : ils ne sont pas autorisés à entrer dans l'école. D'où le troupeau de parents agglutinés aux grilles de l'école, qui couvent du regard leur progéniture pendant l'appel. "J'aurais aimé être avec lui dans la cour, reconnaît Mirza, la maman d'Isaac. Histoire d'entendre son prénom, puis qu'il me dise "au revoir maman", même si en CM1 c'est plus trop le truc. Mais c'est le petit dernier..."

Même protocole qu'avant les vacances d'été

Une fois que la cloche a retenti, la rentrée s'apparente plus à celles des années précédentes. Les effectifs des classes sont complets et  l'établissement n'est plus agencé pour éviter les brassages des classes. Dans la cour de récréation, les enfants peuvent jouer librement, et la cantine scolaire peut accueillir les 150 élèves.

"Au final, on reprend dans les même conditions que lors des deux dernières semaines avant les vacances d'été", souligne Maïlys Guyot, maîtresse des CM1 et CM2. Le 13 mai, au sortir du confinement, les élèves ne pouvaient pas être plus de quinze par classe. "Cette rentrée est quasi-normale, en fin de compte, reprend-t-elle. Mis à part que les enseignants sont masqués, et qu'on fait un rappel des gestes barrières au début de la classe." 

Justement, la directrice de l'école fait un tour des classes pour rappeler les gestes barrières. "Vous savez qu'il y a un méchant virus en ce moment qui est tout autour de la planète et qui nous empêche de vivre normalement, dit Juliette Charles à une assemblée de visages ébahis. "Et pour ça, il y a quelques gestes à respecter. Est-ce que vous en connaissez quelques uns ?" Dans la classe des CP, les enfants répondent "oui" à l'unisson. Et chacun énonce fièrement ceux qu'il connaît. "Il ne faut pas aller trop près des gens", énonce une fillette. "Et il faut éviter de postillonner", ajoute sa copine, assise à côté. Un camarade enchaîne : "Il faut se laver les mains parce que si on touche quelqu'un, on attrape le microbe." 

"On est dans l'attente" du protocole sanitaire de rentrée scolaire

La maîtresse regarde sa montre. "Ah tiens c'est déjà 10 heures ! C'est l'heure de la récréation", annonce-t-elle. Les affaires sont rangées précipitamment, et un flot de petites jambes prend possession de la cour de récréation. Des barrières sont encore posées au centre, en souvenir du temps où le brassage entre classes devait être limité. "On ne les a pas encore enlevées puisqu'on ne sait pas comment le protocole va évoluer", précise la directrice de l'Ecole d'Houtaud. 

"Ce qui a été un peu difficile pour l'équipe, c'était de s'organiser en pensant que le protocole pourrait évoluer" - Juliette Charles, directrice de l'Ecole d'Houtaud

C'est ce mercredi 26 août que le ministre de l'éducation, Jean-Michel Blanquer, doit annoncer le protocole sanitaire de la rentrée scolaire. Dans tous les cas, Juliette Charles assure que son établissement est prêt. "Le bâtiment et la disposition des salles font qu'on peut facilement éviter le brassage des classes", indique-t-elle. Surtout qu'en cas de durcissement, l'équipe pédagogique aura au moins l'avantage de savoir à quoi s'attendre. "Il y a pleins de choses qu'on peut mettre en place comme on a fait en mai, donc on n'est pas inquiet." 

Écoutez le reportage sur la rentrée anticipée à l'École d'Houtaud.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess