Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une rentrée entre cours en présentiel et à distance pour l'Université de Lorraine

Pour les 60 000 étudiants de l'Université de Lorraine, la rentrée de septembre sera hybride, entre enseignement sur place et cours en visioconférence. Une situation qui inquiète professeurs et étudiants.

L'Université de Lorraine rouvrira ses portes en septembre avec un fonctionnement hybride, entre cours à distance et classe en présentiel.
L'Université de Lorraine rouvrira ses portes en septembre avec un fonctionnement hybride, entre cours à distance et classe en présentiel. © Radio France - Clément Lhuillier

Donner des cours à l'allure de monologue devant des écrans noirs. Une désagréable expérience qui va se prolonger à la rentrée de septembre pour les professeurs de l'Université de Lorraine. Afin de répondre aux contraintes sanitaires, une partie des cours doit encore être donnée à distance.

Quand on veut poser une question au professeur, ce n'est pas la même chose d'être devant son ordinateur ou dans une classe de TD

"Ne serait-ce que la concentration de soi-même et des étudiants n'est pas la même, explique Alexandre Mayol, maître de conférence en sciences économiques à l'Université de Lorraine. Je crois qu'il y a de la frustration, d'avoir l'impression de travailler en mode dégradé. Evidemment, dans l'urgence on accepte la dégradation. Mais la crainte c'est que ça dure."

Le professeur a constaté le décrochage de certains élèves, qui ne sont pas tous égaux face à l'enseignement à distance. "Quand on veut poser une question au professeur, ce n'est pas la même chose d'être devant son ordinateur ou dans une classe de TD", confirme Hania Hamidi, présidente de l'UNEF Lorraine et étudiante en sociologie. "Ça va logiquement créer des inégalités. On l'a déjà vu pendant le confinement avec ceux qui n'ont pas d'ordinateur, ou ceux qui ont des situations de logement compliquées." Le syndicat étudiant s'inquiète également des conséquences sociales sur les étudiants, pour qui l'université apporte de l'autonomie.

Une moyenne de trois jours pas semaine en présentiel

L'Université de Lorraine se veut rassurante :  les étudiants auront en moyenne trois jours sur cinq en présentiel. Par ailleurs, les espaces de travail seront librement accesibles. Des prêts d’ordinateurs sont prévus, ainsi qu'un accompagnement psychologique pour ceux qui en ressentent le besoin

"Il faut qu'on trouve les bonnes règles, qui assurent la sécurité des personnes mais qu'on ne renonce pas à ce qui fait l'université : la vie de campus, les cours en présentiel, et voir nos étudiants", assure Pierre Mutzenhardt, président de l’Université de Lorraine. 

Un siège vacant entre les élèves

Tous les cours de travaux pratiques seront donnés à l'université, avec le port du masque. Pour les cours théoriques, un siège sera laissé vacant entre chaque élève dans les amphithéâtres. Une attention particulière sera donnée aux 10 000 néobacheliers, qui entreront à l'université après une année de Terminale chamboulée par deux mois de confinement.

"On est pas du tout dans un établissement qui prône du 100% à distance, au contraire", répète le président de l'Université de Lorraine. Etudiants et professeurs craignent que cette expérience inédite ne donne des idées aux universités, qui pourraient à long terme imposer les cours à distance dans le quotidien des universités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu