Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Une rentrée perturbée en Drôme Ardèche

dimanche 3 septembre 2017 à 20:25 Par Solène Cressant, France Bleu Drôme Ardèche

Drôle de rentrée pour certains élèves de Drôme Ardèche : tous n'iront pas à l'école ce lundi matin. Les maires de trois communes ont décidé de boycotter ou de reporter la rentrée faute de contrats aidés. Il n'y a personne pour surveiller la cantine ou la garderie.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - SC

Une rentrée scolaire perturbée en Drôme Ardèche ce lundi matin. Trois communes de Drôme et d'Ardèche ont décidé de boycotter ou de reporter la rentrée scolaire faute de contrat aidé. Il n'y a personne pour surveiller la cantine ou la garderie, c'est une question de sécurité estiment les maires.

Rentrée reportée jusqu'à nouvel ordre à Saint-Jeure-d'Ay et Saint-Jean-Chambre en Ardèche

Les parents accompagneront leurs enfants le matin mais il n'y aura pas classe pour les 50 élèves de Saint-Jeure-d'Ay en Ardèche, par exemple. Parents d'élèves et élus ont décidé de faire une chaîne humaine autour de l'école ce lundi matin pour protester contre l'absence de contrat aidé.

La maire, Brigitte Martin, n'a reçu aucun appel, aucune solution de la préfecture alors qu'elle l'alerte depuis plus d'une semaine sur cette situation urgente. Même chose à Saint-Jean-Chambre où la rentrée est là aussi reportée pour les 30 écoliers. Les deux maires espèrent néanmoins un appel de la préfecture dès ce lundi matin qui leur annonce qu'une solution est trouvée.

De plus, l'académie, de son côté, fait pression sur les communes estiment les deux maires. Si les enfants ne sont pas derrière leur table le jour J, les services de l'inspection considéreront que l'école n'est pas utile dans ce village. "Mais on en a vu d'autres" disent les deux élus. Les parents qui le peuvent accompagneront donc les enfants dans les classes le temps qu'ils soient comptabilisés, puis l'école fermera ses portes.

Grogne aussi dans le Diois à Sainte-Croix

A Sainte-Croix, dans le Diois, les 18 enfants seront accueillis mais il n'y aura pas classe car l'école sera occupée. Une partie des élus et des parents manifesteront à nouveau. Après un rassemblement samedi sur le marché de Die, ils comptent alerter les automobilistes à partir de 8 heures au rond-point à l'entrée de Die.

Situation presque débloquée à Mérindol-les-Oliviers

La situation s'est débloquée, en revanche, à Mérindol-les-Oliviers dans le Sud Drôme. Le maire, Jérôme Clérino, a levé son arrêté car la préfecture de la Drôme et le sénateur l'ont rassuré dès vendredi soir au téléphone et par écrit. "Ils m'ont assuré que des engagements seraient pris par les services de l’État, tous les deux, en des termes quasi-similaires, pour moi c'est suffisant" assure le maire.

Mais Jérôme Clérino reste vigilant, pour l'instant, aucune solution concrète n'est apportée, il manque toujours du personnel pour la cantine par exemple, alors en attendant dans le village ça sera système D. Des parents d'élèves et des retraités sont prêts à jouer les Atsem en attendant une mesure pérenne.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla