Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Université de Lorraine : nouveau vote électronique à Metz, mais pas à Nancy

mercredi 18 avril 2018 à 16:17 Par Laurent Watrin, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Tandis que les étudiants grévistes du Campus Lettres à Nancy espèrent une "convergence des luttes", ce jeudi 19 avril 2018, la présidence de l'Université de Lorraine organise, le même jour, une nouvelle consultation électronique des étudiants concernés par le blocage à Metz.

Une cinquantaine d'enseignants et personnels techniques de l'Université de Lorraine ont confirmé leur soutien aux étudiants occupant le Campus Lettres de Nancy.
Une cinquantaine d'enseignants et personnels techniques de l'Université de Lorraine ont confirmé leur soutien aux étudiants occupant le Campus Lettres de Nancy. © Radio France - Laurent Watrin

Nancy, France

Près du grand sapin de la cour du Campus Lettres, à Nancy, la parole circule souvent... entre partisans du blocage. Mardi, le comité de soutien des enseignants, bibliothécaires, personnels techniques et administratifs a "voté" la suite des "modalités" de son action.

Ce groupe d'une cinquantaine de membres, dont certains viennent d'autres sites, a décidé de continuer d'appuyer les étudiants grévistes, en lutte depuis le 22 mars contre la réforme de l'Université.  

Nous n'avons pas le même vocabulaire qu'Emmanuel Macron" (un enseignant mobilisé)

Emmanuel Macron les appelle "les professionnels du désordre". A leur façon, les opposants répondent au chef de l'Etat : sur les murs de la faculté fleurissent des graffitis, et dans les "comités de mobilisation" résonnent des appels à la "convergence des luttes". La manifestation, prévue ce jeudi 19 avril, à l'appel des syndicats CGT, Solidaires et SNES-FSU, doit défiler devant la faculté pour agréger les étudiants en lutte.

Des tags et des graffitis sur les murs du Campus à Nancy. La présidence de l'Université a déposé plainte pour dégradations. - Radio France
Des tags et des graffitis sur les murs du Campus à Nancy. La présidence de l'Université a déposé plainte pour dégradations. © Radio France - Laurent Watrin

"Nous n'avons pas le même registre de vocabulaire et de pensée que le président de la République", répond tranquillement Manuel Rébuschi, enseignant, porte-parole du syndicat Sud-Education. "Mais le gouvernement tape tellement fort", selon lui, "qu'il prépare sans doute de futurs professionnels..."

Une forme de dialogue de sourds

Pour les enseignants qui soutiennent ce mouvement étudiant, les assemblées générales ayant conduit au blocage du Campus Nancy 2 demeurent légitimes, malgré la consultation électronique du 9 avril dernier, qui a permis à tous les étudiants de s'exprimer. Le résultat de ce vote aurait pu libérer les cours, mais la présidence de l'Université a préféré temporiser, pour éviter les affrontements.

Résultat : "Une forme de dialogue de sourds s'est installée", selon Thomas Braun, responsable de Radio Campus Lorraine, l'antenne universitaire attentive au mouvement, chaque jour.

Le mouvement a assez duré" (une étudiante à Nancy)

Ce mercredi 18 avril, veille de la nouvelle "Assemblée générale" prévue par le comité de blocage étudiant à Nancy, le président de l'Université de Lorraine, Pierre Mutzenhardt, annonce l'organisation d'un nouveau vote électronique... à Metz ! Pas à Nancy. 

Sur la façade, à l'entrée du Campus Lettres de Nancy. - Radio France
Sur la façade, à l'entrée du Campus Lettres de Nancy. © Radio France - Laurent Watrin

Le scrutin mosellan sera restreint aux seuls étudiants des UFR concernés par l'occupation sur le Campus du Saulcy. La question posée aux étudiants messins est la suivante : "approuvez-vous la fin du blocage et des entraves à la tenue des examens ?".

A Nancy, près du grand sapin du Campus Lettres, certains s'impatientent.  Une étudiante en Sciences de l'Education, révise ses cours, avec une amie. Selon elles, "le mouvement a assez duré. Les bloqueurs devraient entendre ceux qui ne pensent pas comme eux... même si on peut partager les raisons de ce mouvement".

A Nancy, le comité de blocage a renommé le Campus Lettres "Université populaire du Sapin Nancy 2". - Radio France
A Nancy, le comité de blocage a renommé le Campus Lettres "Université populaire du Sapin Nancy 2". © Radio France - Laurent Watrin