Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les étudiants de l'université de Montpellier passent leurs examens sous haute sécurité

jeudi 19 avril 2018 à 18:50 Par Jules Brelaz, France Bleu Hérault

Malgré le blocage de l'université Paul-Valéry de Montpellier, les étudiants de la faculté de lettres ont pu passer leurs partiels ce jeudi dans les lycées Mermoz et Monet, se disant parfois "intimidés" par les nombreux cars de CRS déployés autour des établissements.

Plusieurs dizaines de CRS étaient déployés jeudi matin aux abords des lycées Mermoz et Monnet de Montpellier.
Plusieurs dizaines de CRS étaient déployés jeudi matin aux abords des lycées Mermoz et Monnet de Montpellier. © Maxppp -

Montpellier, France

Aux grands maux, les grands moyens. Alors que la faculté des lettres de Montpellier reste bloquée depuis deux mois par les opposants à la loi Vidal, près de 6.000 étudiants vont pouvoir passer leurs examens jeudi et vendredi dans les lycées Jean Mermoz et Jean Monet, encadrés par des forces de l'ordre. Avant de plancher jeudi matin sur leurs copies, les étudiants de psychologie ont eu la surprise d'être accueillis par des dizaines de CRS et des agents d'une société de sécurité privée.

"Ça nous a tous un peu intimidé, perturbé. Ils étaient présents à chaque entrée, ils fouillaient les sacs, on a l'impression d'être en danger, c'est assez spécial comme ambiance."

Les étudiants inscrits en psychologie, LEA (Langues étrangères appliquées) et AES (Administration économique et sociale) sont concernés par ces partiels délocalisés étalés sur deux jours. Andreia et Kiara n'ont été prévenues que mercredi soir du lieu où se tiendraient leurs examens. "C'est comme si on avait été escortées par les CRS, on s'est pris pour des stars". 

"Qu'on soit pour ou contre le mouvement, il faut qu'on ait nos examens."

Les examens sur internet ont été suspendus par l'université de Montpellier le 11 avril après le saccage des serveurs informatiques de la faculté.