Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Université de Nanterre : des étudiants votent la poursuite du blocage, l'administration maintient les examens

mercredi 19 décembre 2018 à 8:39 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Plusieurs centaines d'étudiants de l'université Paris-Nanterre ont reconduit mardi le blocage de leur université et ont voté pour le report des examens. L'administration de l'université demande la levée des blocages et annonce que les examens auront bien lieu comme prévu.

Paris-Nanterre bloquée
Paris-Nanterre bloquée © Maxppp - David Livois

Nanterre, France

Dialogue de sourd entre les étudiants de Paris Nanterre et la direction de l'université. Les étudiants protestent contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiants non européens en 2019. L'administration répète que cette hausse n'aura pas lieu, que la direction a déjà choisi de ne pas l'appliquer.

L'administration de l'université Paris Nanterre ne veut pas annuler les partiels de la fin du premier semestre malgré la demande de report de ces examens qui doivent avoir lieu au cours de ce mois de décembre.

Plusieurs centaines d'étudiants ont voté en assemblée générale mardi pour le report de ces examens en janvier 2019. Ils ont aussi reconduit le blocage de l'université jusqu'à jeudi, date de la prochaine  assemblée générale prévue à Nanterre.

Les examens maintenus à Nanterre 

Pas question donc pour le président de l'université de repousser les examens de ce premier semestre. "Les examens doivent donc se tenir autant qu’il est possible dans le calendrier prévu : plus grand sera le nombre d’épreuves empêchées de se dérouler, moins nous serons en mesure de contenir les conséquences très dommageables sur le bon déroulement de l’année universitaire. Les étudiants qui ne souhaitent pas composer ne peuvent empêcher ceux qui se sont préparés pour les épreuves et souhaitent les passer, et ceux qui n’ont pas d’autres choix que de le faire au moment prévu."

Lundi, avec l'appui de vigiles privés, la plupart des bâtiments avait rouvert et une partie des partiels avait pu avoir lieu.

L'administration demande la levée des blocages 

L'administration ne veut pas céder. Dans un communiqué, elle demande la levée des blocages en rappelant que l'université avait déjà décidé de ne pas augmenter les frais de scolarité pour les étudiants non européens. "J’ai énoncé à plusieurs reprises la position de l’université, par voie de communiqué et par voie de presse, telle qu’elle a été définie par les conseils de l’université : nous sommes collectivement opposés à la mise en place de l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants internationaux hors Union européenne." écrit Jean-François Balaudé le président de l'université.

Examens reportés à Tolbiac 

A l'université de Tolbiac, la poursuite du blocage a aussi été votée mardi. La semaine dernière, la faculté avait indiqué que les examens de langue qui devaient se dérouler cette semaine au centre Pierre-Mendès-France, situé dans le 13ème arrondissement de Paris, étaient reportés à la première semaine du second semestre, du 21 au 26 janvier prochain.