Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Université de Nantes : un "tout petit pas" de fait sur la question de la sélection

vendredi 20 avril 2018 à 3:04 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Dans un courriel envoyé à tout le personnel de l'université de Nantes, son président annonce beaucoup plus de souplesse pour l'entrée dans les filières où il considère qu'il ne manque pas de places.

Pour les enseignants, cette avancée est le résultat de la mobilisation au niveau local et au niveau national
Pour les enseignants, cette avancée est le résultat de la mobilisation au niveau local et au niveau national © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Et si la question de la sélection à l'université, qui mobilise les étudiants et les enseignants depuis des semaines, était en partie réglée à Nantes ? En tous cas, dans un mail envoyé à tout le personnel, le président, Olivier Laboux, annonce beaucoup plus de souplesse dans les filières où il considère qu'il ne manque pas de place.

Cette initiative, elle avait déjà été prise par les enseignants eux même, ceux qui sont opposés à la réforme. C'est-à-dire refuser de choisir parmi les postulants et les accepter immédiatement dans leurs filières : socio, histoire, droit et lettres notamment.

Dans un premier temps, le président de l'université a décidé de dissoudre leurs commissions pédagogiques, qui refusaient donc d'appliquer la loi, avant finalement d'envoyer ce courrier.

Dans les filières où le président considère qu'il y a assez de places, toutes les candidatures seront acceptées

Il y annonce que, dans les filières où il considère qu'il y a assez de place, toutes les candidatures seront acceptées. Ça concerne histoire, géographie, lettres, une partie des langues étrangères, philo et socio. Et, si à la rentrée les amphis sont archi pleins, les profs devront faire avec.

Un "tout petite pas" de fait

C'est un "tout petit pas" de fait disent les enseignants mobilisés mais il n'est pas suffisant. Ils continuent de refuser la sélection dans toutes les filières et de réclamer plus de moyens pour l'université.