Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Université de Pau : la filière STAPS de Tarbes menacée de disparition ?

lundi 28 août 2017 à 7:00 Par Thomas Biet, France Bleu Béarn

Il y a de plus en plus de demandes à la faculté de sport de l'UPPA à Tarbes. Les structures ne permettent pas d'augmenter les effectifs. Obligée de recourir à un tirage au sort, si l'incertitude juridique persiste, l'université de Pau pourrait se résoudre à fermer la filière !

La différence croissante entre le nombre de demandes et de places pourrait faire disparaître la filière
La différence croissante entre le nombre de demandes et de places pourrait faire disparaître la filière © Radio France - Illustration

Pau, France

Etudier le sport et ses applications à Tarbes pourrait-il devenir un souvenir ? Ce n'est pas encore d'actualité mais la menace est réelle selon Mohamed Amara, le président de l'université de Pau, l'UPPA dont dépend la filière STAPS de Tarbes.

Problème insoluble

Le problème est la différence entre le nombre de places disponibles et le nombre de demandes : "Nous avons 180 places par an en première année et 500 à 600 demandes prioritaires. Il y a plus de 300 étudiants dont le vœu n'a pas été satisfait". Selon lui, le problème est insoluble : "Nous n'avons pas les moyens ni en terme de bâtiment, ni en terme d'encadrement de répondre à une telle demande, ce n'est pas la peine".

Le tirage au sort jugé illégal

Et la menace pour l'existence de la structure vient de la solution trouvée pour départager les candidats : le tirage au sort. L'an dernier, le tribunal de Bordeaux a donné raison à plusieurs étudiants qui insistaient pour être inscrits en jugeant le tirage au sort illégal. "Si demain plusieurs dizaines d'étudiants font la même chose et que la justice leur donne raison, on ferme toute la structure, qu'est-ce que vous voulez que l'on fasse ? On n'a pas la place !" Mohamed Amara espère maintenant que les nouveaux textes du ministère de l'enseignement supérieur seront suffisamment bien pensés pour ne pas faire l'objet d'une contestation recevable devant un tribunal.