Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Université Jean-Monnet : "La présidente s'accroche à son pouvoir, sans légitimité" selon ses opposants

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La grogne n'est pas terminée à la fac de Saint-Étienne. La présidente de l'université Jean-Monnet devrait quitter ses fonctions ce vendredi mais elle souhaite faire un peu de rab.

Michèle Cottier souhaite rester à la présidence de l'Université Jean Monnet jusqu'au 12 février.
Michèle Cottier souhaite rester à la présidence de l'Université Jean Monnet jusqu'au 12 février. © Maxppp - Claude ESSERTEL

Michèle Cottier a annoncé sa démission en novembre dernier quand le projet de fusion avec les universités lyonnaises a été sèchement rejeté. Elle va démissionner aujourd'hui mais elle souhaite que cette démission ne soit pas effective avant le 12 février. 

"Il y a beaucoup de choses à faire à l'université mais ce n'est plus avec Madame Cottier et il serait temps qu'elle en pleine conscience." - Sylvain Excoffon, délégué Force Ouvrière à l'Université Jean Monnet

France Bleu Saint-Étienne Loire : Michèle Cottier dit qu'elle veut gérer notamment des questions liées au coronavirus et le retour des étudiants. C'est plutôt louable dans ces circonstances ?

Sylvain Excoffon, délégué Force Ouvrière à l'Université Jean Monnet : C'est louable mais cela vient s'ajouter à des épisodes qui remontent au 23 octobre quand le Conseil d'Administration a majoritairement voté contre le projet soutenu jusque là par la présidente. Fin novembre elle annonce qu'elle convoquera un CA courant janvier. Il a finalement lieu le 29 janvier. Dans cette annonce du Conseil d'Administration, rien n'est dit sur une éventuelle démission. Elle a fini par s'expliquer parce que nous l'avons interpelée, pour dire qu'elle démissionnerait effectivement le 12 février. Tout un tas d'événements successifs alors qu'elle n'a plus guère de légitimité qui donnent l'impression qu'elle veut s'accrocher à son pouvoir.

Quinze jours de plus ou de moins, est-ce vraiment important ?

Ce sont 15 jours qui viennent s'ajouter à déjà 3 mois. L'université est en suspens. Des dossiers devraient être traités et défendus. Nous n'avons pas renouvelé nos instances et il n'y a pas de capitaine dans ce bateau. Elle n'a plus de légitimité. Il y a beaucoup de choses à faire à l'université mais ce n'est plus avec Madame Cottier et il serait temps qu'elle en pleine conscience.

Pourquoi cette volonté farouche de se projeter sur l'après Michèle Cottier ?

Tout jusque là était prévu dans le cadre de la disparition de l'Université Jean Monnet et de la fusion. Il faut reconstruire et cela n'a pas été anticipé. Il était complètement acquis dans l'esprit de Michèle Cottier et d'un certain nombre de responsables qui la soutenaient que l'UJM se recomposerait à travers sa disparition avec les universités lyonnaises. Aujourd'hui, l'UJM conserve toute son indépendance, sa souveraineté. Il faut penser à l'avenir.

On a pris du retard ?

Oui on a pris du retard et on a aussi perdu des points. Des centres de recherche pour lesquels l'UJM était "tutelle principale". Elle est maintenant "tutelle secondaire". C'est un déclassement dommageable. On a l'impression que le capitaine est en train de laisser couler le vaisseau. L’exaspération est à son comble. 60% du conseil académique ont démissionné. Cela veut tout dire. Il faut qu'elle prenne en compte la situation, quelle que soit l’éventuelle sincérité qu'elle puisse avoir eu dans la défense des intérêts l'université.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess