Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Universités en grève : pas d'examens ce mardi à Nanterre

mardi 17 avril 2018 à 8:31 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Pas d'examens ce mardi à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine). Les étudiants mobilisés contre la réforme de l'accès à l'université (ORE) poursuivent leur blocage.

Blocus à Nanterre.
Blocus à Nanterre. © Radio France - Nathalie Doménégo

Nanterre - Université, Nanterre, France

L'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) est toujours bloquée ce mardi 17 avril 2018. Lundi, les partiels de droit avaient déjà été annulés et reportés. Les étudiants venus passer leurs examens n'avaient pas pu entrer dans les locaux.

Victor Mendes  membre du syndicat étudiant UNEF et du NPA (Nouveau Parti anticapitaliste), qui fait partie de ceux qui bloquent les locaux, a assuré ce mardi matin sur France Bleu Paris que  la grève et le blocage de l'université continuaient. Pas d'examens donc ce mardi à Nanterre. "L'université a dit aux étudiants de rester chez eux". 

Victor Mendes a affirmé qu'il "n'avait pas vu de tensions hier à Nanterre mais qu'il y avait eu des débats. Énormément d'étudiants n'étaient pas au courant de notre mouvement et du fond de la loi. Hier, c'était l'occasion de les informer sur ce qu'on ne leur avait pas dit c'est à dire que c'est une loi qui prévoit de supprimer les compensations, de supprimer les rattrapages..." Il assure qu'il y a beaucoup plus d'étudiants qui les soutiennent aujourd'hui que la semaine dernière. 

La loi est passée mais "la rue peut la défaire" affirme Victor Mendes.