Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le pourquoi du comment

Va-t-on vers une interdiction totale du portable au collège ?

mercredi 30 mai 2018 à 6:07 Par Nicolas Fillon, France Bleu Auxerre et France Bleu

Cette semaine, un texte de loi est examiné en commission à l'Assemblée nationale. Il porte sur l'interdiction du téléphone portable dans les écoles et collèges. Objectif : sécuriser législativement ce qui se fait déjà dans beaucoup d'établissements en France.

Beaucoup de collèges interdisent l'utilisation du portable, même en cours de récréation.
Beaucoup de collèges interdisent l'utilisation du portable, même en cours de récréation. © Maxppp - Jérôme Dutac

Auxerre, France

Que contient ce texte de loi ?

Depuis mardi 29 mai, la proposition visant à interdire l'usage du téléphone portable à l'école et au collège est examiné en commission à l'Assemblée nationale. Concernant les collèges, ce texte pose un cadre législatif pour sécuriser ce qui se fait dans près de la moitié des établissements du pays, ceux-ci affichant un règlement intérieur dans lequel figure l'interdiction du smartphone en classe, voire même dans la cours de récréation.

On sait que téléphone portable et concentration scolaire font souvent mauvais ménage. Pourtant, l'appareil est de plus en plus chouchouté par les jeunes : plus de huit adolescents sur dix posséderaient un smartphone, selon une étude de 2015. Les élèves du collège Denfert-Rochereau d'Auxerre ne font pas exception. "Il y a toute notre vie dedans, nos photos, nos contacts, tout quoi, sourit cette collégienne. On a besoin de regarder nos informations quand même !" Un camarade renchérit : "Quand on s'ennuie, on regarde notre téléphone pour voir l'heure qu'il est et savoir quand le cours se termine." 

Dans ce collège et ce depuis plusieurs années, les élèves ont interdiction de toucher à leur portable dès qu'ils franchissent les portes de l'établissement. "Sauf que beaucoup ne respectent pas la règle et utilisent leur téléphone, s'amuse une collégienne. Dans les toilettes, sur les bancs, dès qu'il n'y a pas de surveillant, on en profite. Quand on se fait repérer, le portable est confisqué, et il peut arriver qu'on prenne deux heures de colle !"

Qu'en est-il de l'installation dans les collèges de casiers pour téléphone portable ?

Émise lors de la rentrée scolaire de 2017, l'idée du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ne séduit pas vraiment les chefs d'établissements icaunais. Fabien Bourgoin, principal du collège Denfert-Rochereau. "Moi ce qui m'inquiète, c'est la responsabilité du chef d'établissement. Demander à des adolescents de restituer spontanément leur portable va engendrer nécessairement des tensions, explique-t-il. En tant que représentant de l'Etat, si on me l'impose, je devrais m'y plier, mais j'y suis défavorable à titre personnel." 

Et le principal Bourgoin d'ajouter : "La vie scolaire aura autre chose à faire que de veiller à ce que les 600 élèves du collège déposent leur téléphone dans leur casier, vérifier que les casiers sont bien fermés... D'autant que les collégiens n'entrent ou ne sortent pas de l'établissement tous au même moment. Imaginez les oublis de cadenas, ou bien les éventuels vols. Surtout, les élèves possèdent des smartphone dont le prix est très élevé, entre 800 et 1 000 euros. Je suis donc persuadé qu'il y aura de la résistance de la part de certaines familles qui voudront que leur enfant conserve avec lui son portable. Au final, c'est trop compliqué à mettre en place."

L'interdiction pure et simple du téléphone portable au collège est-elle réalisable ?

Pour Fabrice Bourgoin, "la loi française l'interdit". Le principal du collège Denfert-Rochereau détaille : "Nous n'avons pas le droit d'exiger qu'un élève ne puisse pas apporter son téléphone portable au sein d'un établissement. C'est une utopie. On peut en revanche en interdire l'utilisation dans l'enceinte du collège, particulièrement problématique quand elle se produit en classe."

Si l'usage du smartphone n'est pas autorisé au collège Paul-Bert, Eric Renouard, le chef d'établissement, prône "l’utilisation pédagogique" du téléphone portable en classe Et cite quelques exemples : "On peut s'en servir comme enregistreur en cours de langues ou de théâtre. Pour les élèves qui éprouvent des difficultés à écrire, plutôt que de noter sur leur cahier ce qu'il y a sur le tableau, il y a la possibilité de prendre des photos de ce dernier pour s'aider." Des usages qui peuvent être "tout à fait pertinents et non dérangeants" selon Eric Renouard, "à partir du moment où ces modalités sont contrôlés et régulés".

Comment cela se passe-t-il dans les autres pays ?

Ce n'est pas pareil d'un endroit à l'autre. A New-York, les smartphones ont été interdits dans les écoles entre 2006 et 2015, tandis que les voisins canadiens sont eux des adeptes de matériels numériques depuis le début des années 2000. En Europe, on retrouve également des disparités entre pays.

En effet, plusieurs établissements belges autorisent aux scolaires d'apporter leur propre portable en cours, alors qu'en Allemagne, on ne transige pas. "Comme l'Allemagne est une république fédérale, ce sont les établissements qui décident si ils autorisent ou pas le téléphone, pas l'Etat, livre Léa, étudiante allemande en échange international à Auxerre. En majorité, les portables sont interdits d'utilisation au collège et lycée. Cela fonctionne très bien. Si un professeur te voit en classe ou à la récréation avec ton téléphone, il te le confisque mais te le rend à la fin de la journée."

Et Léa de conclure : "Les portables sont dans nos sacs, éteints ou pas. Et ça ne pose problème à personne. Tout le monde connaît la règle. Finalement, on n'a pas besoin de téléphone en cours. Cela ne sert à rien." Une autre mentalité...

Va-t-on vers une interdiction totale du portable au collège ? Le pourquoi du comment de Nicolas Fillon

  - Aucun(e)