Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vacances scolaires en Creuse : des centres aérés accueillent les enfants des soignants

-
Par , France Bleu Creuse

On est en pleines vacances scolaires et pourtant les accueils de loisirs de la Creuse sont drôlement silencieux. Une partie est fermée à cause de l'épidémie de Covid-19. Seize centres aérés restent ouvert pour accueillir les enfants des soignants, des pompiers ou encore du personnel des Ehpad.

 Les centres de loisirs font beaucoup de jeux de société
Les centres de loisirs font beaucoup de jeux de société © Radio France - Aurélie Lagain

On l’oublierait presque avec ce confinement, mais en ce moment en Limousin ce sont les vacances scolaires ! Pour permettre aux médecins, aux infirmières, ou encore au personnel des Ehpad d’aller travailler, certains centres de loisirs sont ouverts. Ils accueillent uniquement les enfants des familles qui ont des emplois jugés "prioritaires". Ces centres aérés assurent la continuité de la garde des enfants, alors que les écoles sont fermées pour deux semaines. 

Pas plus de dix enfants au même endroit

En Creuse seize accueils de loisirs sont ouverts en ce moment pour accueillir les enfants des soignants. D'autres sites pourraient ouvrir si la demande augmente. En effet, en cette période de confinement, on ne peut pas réunir plus de dix enfants dans la même structure. La carte des sites en activité est disponible : ici.

La carte des centres de loisirs qui accueillent des enfants de soignants.
La carte des centres de loisirs qui accueillent des enfants de soignants. - DR

Pour cette première semaine de vacances, les centres de loisirs ne semblent pas débordés. A Chambon-sur-Voueize, par exemple, l’association « Les Bambis » a accueilli un seul petit garçon, ce lundi 20 avril. Mardi 21, elle comptait trois inscrits. 

A Gouzon, la tendance est un peu différente. Le centre aéré devrait accueillir trois à quatre enfants par jour cette première semaine. En revanche, il pourrait prendre en charge jusqu'à dix enfants la deuxième semaine. Il s'agit du nombre limite. 

Si jamais un enfant se rajoutait, la communauté de communes Creuse Confluence pourrait rouvrir l'accueil de loisirs de Jarnages qui reste fermé pour le moment. 

Peinture, pâte à sel et jeux de société

Avec de si petits groupes, les équipes des centres de loisirs sont obligées de faire preuve d'inventivité: "On est plus habitués à faire des jeux collectifs, mais là, pas question de lancer une balle au prisonnier", plaisante la directrice de l'association "les Bambis",  Marie-Paul Dennery. 

Jeu de société pendant le confinement Qui est ce
Jeu de société pendant le confinement Qui est ce © Radio France - Aurélie LAGAIN

Dans le centre de loisirs de Chambon-sur-Voueize, les animateurs proposent donc de la peinture, de la pâte à sel, des jeux de société, ou, si le temps le permet, des sorties dans la cour de récréation.

"Quand le groupe est très petit, les activités sont plus limitées, reconnait Marie-Paul Dennery, mais vous savez les enfants, si on fait des jeux, qu'on s'occupe d'eux et qu'on discute avec eux, ils sont contents quand même."

Les gestes barrières au cœur de toutes les activités

L'accueil des enfants ne se fait pas à la légère. Chaque centre de loisirs a pour mission de limiter les risques de contamination par le coronavirus

Les animateurs font en sorte de faire respecter les distanciations sociales : "On essaie de placer les enfants à plus d'un mètre. Chaque jeu utilisé est désinfecté après. Chaque fois qu'on change de jeu, on se lave les mains", explique Pauline Bournazel, la directrice du centre de loisirs de Jarnages.

On passe beaucoup de temps à laver et désinfecter  

Néanmoins, Marie-Paul Dennery reste lucide "Le risque zéro n'existe pas". Elle constate que la plupart des familles trouvent des solutions intra-familiales plutôt que de placer leurs enfants en collectivité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess