Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Éducation

Vers un Erasmus pour les apprentis

mercredi 27 février 2019 à 6:01 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Gironde

Actuellement les apprentis ne peuvent partir que quelques semaines en mobilité. Le programme Euroapp expérimenté depuis trois ans propose des mobilités longues de 6 à 12 mois comme c'est déjà le cas, et depuis longtemps pour les étudiants de l'enseignement supérieur

Grâce à Euroapp, une centaine de jeunes apprentis sont partis de six à 12 mois dans d'autres pays européens
Grâce à Euroapp, une centaine de jeunes apprentis sont partis de six à 12 mois dans d'autres pays européens © Radio France - Charlotte Jousserand

Bordeaux, France

Depuis 2016, une centaine de jeunes apprentis sont partis de six à douze mois à l'étranger : 58 apprentis français et 45 apprentis venus d'autres pays européens ont étudié en France. Une mobilité rendue possible grâce au programme Euroapp, lancé par Jean Artuis et par des centres de formations professionnelle européens. 

Le député européen de l'Ouest est parti du constat que le chômage des jeunes est plus faible dans les pays où l'apprentissage est très implanté "comme l'Autriche, les Pays-Bas ou l'Allemagne" et que les jeunes étudiants qui sont partis en Erasmus sont "mieux armés pour éviter le chômage". Le député a donc lancé avec plusieurs partenaires ce programme Euroapp

12 pays européens partenaires du programme

Balint en bénéficie. Le jeune Hongrois apprend le métier de menuisier en France depuis six mois maintenant. "Cela a été vraiment une très bonne opportunité pour moi", reconnait le jeune homme, non seulement pour apprendre le français mais aussi pour approfondir sa formation professionnelle et pour voyager. Balint reste dans son entreprise jusqu'en juillet prochain. 

Pour les apprentis français, c'est l'opportunité de partir dans l'un des 12 pays européens partenaires au delà des 27 jours de mobilité autorisés en moyenne dans le cadre de leur formation. Ils peuvent partir jusqu'à un an à l'étranger, tout en gardant leur rémunération et leur protection sociale. Certaines obligations du contrat d'apprentissage ont été modifiées, comme la responsabilité de l'employeur en cas d'accident. 

Un séjour pas encore pris en compte dans la validation du diplôme 

Reste une ombre au tableau, pour le moment ces mobilités longues ne sont pas prises en comptes dans la validation du diplôme d'apprentissage. Une inégalité avec les étudiants de l'enseignement supérieur car leur Erasmus est intégré à leurs études et les crédits sont harmonisés au niveau européen. 

Les partenaires d'Euroapp attendent la même chose pour les apprentis. Le député Jean Artuis suit de près les engagements pris par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale. Il y a beaucoup d'attente pour harmoniser les parcours entre les voix professionnelles et générales. Selon Laure Coudret-Laut, la directrice de l'agence Erasmus + France, implantée à Bordeaux, 2.000 demandes ont été déposées l'année dernière pour des mobilités longues.