Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Vers un nouveau blocage de la fac Paul Valéry à Montpellier ?

mercredi 3 octobre 2018 à 18:47 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Ce mercredi matin, des étudiants ont occupé un des amphis de la fac de Lettres Paul Valéry à Montpellier pour protester contre Parcoursup. La direction s'engage à ce que l'université reste "toujours active et ouverte".

La mobilisation étudiante à Paul Valéry au mois d'avril 2018
La mobilisation étudiante à Paul Valéry au mois d'avril 2018 © Maxppp -

Montpellier, France

Dans un communiqué daté du 3 octobre, l'Intersyndicale Enseignement Supérieur et Recherche de Montpellier indique que se tenait ce mercredi la première assemblée générale étudiante "offensive" à l'université Paul Valéry, "réunissant plus de 250 étudiant-e-s". Il était question de revenir notamment "sur les conséquences néfastes de Parcoursup." Les étudiants protestent également contre "l'arrêté Licence" du 7 août 2018 "qui va détruire le cadrage national du diplôme de la Licence" et contre la loi O.R.E, dont ils demandent l'abrogation.

D'ores et déjà, le syndicat Solidaires Etudiant-e-s annonce la date du premier comité de mobilisation de cette rentrée 2018, à savoir vendredi 5 octobre à 14 heures. "Ces attaques incessantes du gouvernement, tant au niveau universitaire, qu’au niveau du monde du travail ont amené les étudiant-e-s mobilisé-e-s à participer à la journée de mobilisation du 9 octobre" précise le communiqué.

Quelques heures plus tard, le président de l'université a publié un communiqué à son tour. Patrick Gilli déplore qu'un "groupe d’étudiants et de non étudiants a occupé sans autorisation l’amphithéâtre 1, empêchant la tenue de deux cours prévus dans ce lieu." Il indique également qu'il lui a été demandé de banaliser les cours des 9 et 16 octobre. Demande refusée par la direction.

"Alors que l’université Paul-Valéry se remet à peine du mouvement très dur de l’hiver et du printemps derniers, il est évidemment inenvisageable que de nouvelles perturbations viennent dégrader la situation sur le campus" selon Patrick Gilli qui rappelle "que l’université Paul-Valéry a accepté tous les candidats qui s’étaient inscrits sur ParcourSup faisant par-là la preuve de sa volonté de maintenir une université accueillante et ouverte au plus grand nombre, sans discrimination."

Dernière précision du président de Paul Valéry : "parce que nous avons aussi fait la triste expérience de ce que devenaient les amphithéâtres lors des occupations, nous n’entendons pas davantage accorder une autorisation d’accès aux amphithéâtres."