Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

VIDEO - Un quart d'heure de lecture par jour au collège Lazaro de Marcq, ça fonctionne !

lundi 19 novembre 2018 à 3:11 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

Une belle initiative a été mise en place en septembre 2018 au collège du Lazaro de Marcq-en-Barœul, près de Lille. L'opération "Chut, on lit !" a lieu tous les jours, à la fin de la pause méridienne. Pendant un quart d'heure, les élèves et l'ensemble du personnel, cessent toute activité, pour lire.

La professeure de lettres classiques Claire Le Louarn, à l'origine du projet, lit aussi pendant quinze minutes, comme tout le personnel et les élèves du collège
La professeure de lettres classiques Claire Le Louarn, à l'origine du projet, lit aussi pendant quinze minutes, comme tout le personnel et les élèves du collège © Radio France - Cécile Bidault

Marcq-en-Barœul, France

C'est une grande question que se posent parents et enseignants : comment inciter les enfants et les adolescents à lire des livres ? Dans la métropole lilloise, à Marcq-en-Barœul, le collège du Lazaro semble avoir trouvé la solution, toute simple : l'opération "Chut, on lit !" a été mise en place à la rentrée, en septembre dernier.

Un quart d'heure de lecture par jour

Tous les jours, à la fin de la pause déjeuner, à 13h45, le temps s'arrête, pour un quart d'heure de lecture. Tout le monde s'y met, les élèves bien sûr, c'est obligatoire, mais aussi les professeurs, et tout le personnel. Même quelqu'un qui viendrait en visite à cette heure-ci doit se plier à ce rituel désormais immuable. Le projet a été voté à la quasi unanimité de l'équipe, les emplois du temps ont été adaptés, en gagnant cinq minutes par-ci, par-là, pour trouver ces quinze minutes quotidiennes.

C'est magique !

La principale du collège, Chantal Givert constate qu'alors que certains élèves avaient "des problèmes de lecture ou de compréhension", aujourd'hui "ils lisent, même ceux qui étaient non-lecteurs chez eux, certains jusqu'à trois ou quatre livres depuis la rentrée. C'est magique ! C'est très sacralisé, c'est une règle d'or aujourd'hui. C'est devenu un besoin."

La principale du collège Lazaro Chantal Givert

Un silence impressionnant

Quand la sonnerie retentit, à 13h35, les élèves, même ceux qui déjeunent à l'extérieur, montent dans la classe, où ils ont cours à 14 heures, et entament leur quart d'heure de lecture, dans le silence le plus complet. Ils choisissent leur livre, qu'ils apportent ou empruntent. La professeure de lettres classiques qui a proposé cette idée, Claire Le Louarn, est la première surprise du "silence impressionnant" qui se fait alors dans le collège.

L'enseignante constate, au bout de deux mois d'expérience, que les élèves "prennent goût" à la lecture. Sur le plan scolaire, même s'il est trop tôt pour tirer un bilan, Claire Le Louarn a l'impression qu'ils "lisent plus vite, lorsqu'ils découvrent un texte, notamment en évaluation". 

Claire Le Louarn, professeure de lettres classiques au collège Lazaro

Et les élèves ?

Thomas et Noa, en classe de troisième disent "se remettre à lire", même à la maison, "car ils veulent savoir la fin du livre". Amélie et Electre, déjà très bonnes lectrices, "osent plus" sortir leurs romans, dans la cour de récréation ou en permanence. "Le plus dur, c'est quand le quart d'heure est terminé !" disent-elles.

Thomas, Noa, Amélie et Electre, élèves de troisième

Les "petits sixièmes", eux, disent, à l'image de Constance et Clément, que "ça fait du bien" de lire.

Constance et Clément, élèves de sixième

Livre plutôt qu'écran d'ordinateur ou de téléphone

Les parents d'élèves ont également été consultés sur ce projet. Leur représentante, Nathalie Lauwerie, raconte que certains parents ne voyaient "jamais" leurs enfants lire, à cause "des portables, des ordinateurs, des réseaux sociaux. Désormais, parfois, le soir, ils voient leurs enfants dans leurs livres, plutôt que sur leur portable".

Nathalie Lauwerie, représentante des parents d'élèves au collège Lazaro

ECOUTEZ ET PODCASTEZ : la Belle histoire de "Chut, on lit !", au collège du Lazaro de Marcq-en-Barœul