Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Vierzon : des formations porteuses et des moyens pour le lycée Henri Brisson

mardi 25 septembre 2018 à 16:40 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Plus de 3 millions d'euros investis par le conseil régional au lycée Henri Brisson de Vierzon. Ce lycée est l'un des rares établissements en France à posséder une fonderie. Ils ne sont que sept. Cet investissement permet de moderniser ces ateliers qui seront les plus performants au niveau national.

Le lycée Henri Brisson de Vierzon va bientôt disposer de la fonderie destinée à l'enseignement  la plus moderne de France
Le lycée Henri Brisson de Vierzon va bientôt disposer de la fonderie destinée à l'enseignement la plus moderne de France © Radio France - Michel Benoit

Vierzon, France

Maintenant que l'outil moderne existe, reste à convaincre les jeunes de choisir ces métiers de la fonderie, un secteur en manque de bras. Les postes ne trouvent pas preneurs. Tom a trouvé sa voie au lycée Henri Brisson : il est en terminale, bac pro fonderie et peaufine un moule pour réaliser une pièce : " On fait un premier châssis pour avoir l'empreinte de la tête, puis on le retourne et on fait un deuxième châssis, on referme et pourra couler la pièce. Ensuite, on fait le chenal, les attaques et la descente. Vraiment, ça me plait. Après, je continuerai en BTS pour pouvoir travailler." 

Les jeunes en cours dans l'atelier fonderie du lycée Henri Brisson de Vierzon. - Radio France
Les jeunes en cours dans l'atelier fonderie du lycée Henri Brisson de Vierzon. © Radio France - Michel Benoit

Et Tom ne devrait pas avoir de difficulté pour être embauché.  Four de décirage, four traitement thermique, sableuse : tout l'atelier est refait à neuf. Reste à convaincre les familles de choisir ces filières qui restent boudées malgré les débouchés. Frédéric Couturier, proviseur à Henri Brisson : "Quand on dit fonderie, les familles, en caricaturant un peu, pensent à Germinal. Mais les techniques ont bien évolué depuis et les conditions de travail aussi. On propose quinze place chaque année et malheureusement, quand on a des orientations de jeunes par défaut, il faut bien reconnaître que certains ne vont pas au bout de la formation. On peine à recruter alors que les besoins dans les entreprises du secteur sont énormes. "  Des petits effectifs qui ne résoudront pas la pénurie de main d'oeuvre.  Il est vrai que les salaires pour les métiers de la fonderies restent plutôt faibles. Cela explique aussi le manque d'appétence des familles en termes d'orientation.  

Un groupe hydraulique associé à un train d'atterrissage, utilisé en maintenance industrielle option aéronautique au lycée Henri Brisson de Vierzon - Radio France
Un groupe hydraulique associé à un train d'atterrissage, utilisé en maintenance industrielle option aéronautique au lycée Henri Brisson de Vierzon © Radio France - Michel Benoit

Au lycée Henri Brisson de Vierzon, on essaie d'innover pour coller aux besoins des entreprises : pour preuve l'ouverture l'an dernier d'un bac pro maintenance industrielle, option aéronautique. Trente jeunes seront formés chaque année. Particularité : les cours sont aussi en Anglais ! Et là encore, le conseil régional doit financer l'équipement de ces ateliers, une pièce importante vient d'arriver dans l'établissement pour la plus grande joie de Thomas Guilpin, enseignant : " C'est un groupe hydraulique pour mettre en mouvement un train d'atterrissage, un volet d'aile et un aileron d'aile. C'est la première grosse machine que l'on reçoit. On l'attendait. On a aussi un simulateur de vol. Les entreprises recherche des techniciens de maintenance dans l'industrie et notamment en aéronautique. Les cours dans cette option se font en français et en anglais, la langue de l'aviation. Un anglais plutôt technique pour que les jeunes en voient toute l'utilité dans leur métier plus tard. Les professeurs de français, d'anglais et même de mathématiques viennent donc dans les ateliers au lieu de rester dans leurs salles de cours. Et ça plait beaucoup aux jeunes." Le lycée Henri Brisson de Vierzon a obtenu un taux de réussite moyen de 96 % pour ses cinq BTS industriels.